Les célibataires, à envier ou à plaindre?

SOCIETE Le 25 novembre, les Catherinettes, les femmes de plus de 25 ans non mariées, sont de la fête...

Audrey Chauvet

— 

Le 25 novembre, les femmes de plus de 25 ans non mariées, les "Catherinettes", arborent un chapeau selon la tradition.
Le 25 novembre, les femmes de plus de 25 ans non mariées, les "Catherinettes", arborent un chapeau selon la tradition. — PIERRE BOUSSEL/AFP

Célibataires, vous n’êtes pas seuls. En France en 2012, 38,8% des Français de plus de 15 ans étaient recensés comme «célibataires» par l’Insee, dont 42,4% des hommes et 35,5% des femmes. Vivre seul n’est donc pas si rare, mais représente encore un sacrifice financier: l’Insee estime qu’un couple a le même niveau de vie qu’un célibataire avec seulement 1,5 fois son revenu.  Le partage du loyer pour les couples vivants sous le même toit est la première source d’économies mais les petites dépenses quotidiennes peuvent aussi finir par peser lourd dans la tirelire: au supermarché, les portions individuelles sont plus onéreuses que les paquets familiaux, les sorties entre amis reviennent plus cher qu’une soirée pizza-télé et les vacances en solo ne sont pas bon marché.

Supplément pour chambre «single»

Les tour-opérateurs pratiquent souvent des suppléments «single» pour la mise à disposition de chambres d’hôtels double, et lorsque les hôteliers disposent de chambres simples, leur prix est quasi systématiquement supérieur à la moitié d’une chambre double. Sans compter les impôts à assumer seul et les abonnements aux sites de rencontre pour ceux que la perspective de continuer leur vie en solo n’enchante pas.

Pourtant, célibataire ne rime pas toujours avec galère. Notamment pour les femmes, parmi lesquelles les célibataires sont statistiquement plus nombreuses dans les professions intellectuelles supérieures bénéficiant de revenus confortables. Dans les villes, les colocations entre célibataires de tous âges se multiplient et les vacances deviennent moins angoissantes pour les solos qui peuvent trouver sur internet des compagnons de voyage. Et plus si affinités.

«Le couple peut être une sacrée planque»

Malgré les chapeaux de Catherinettes, être célibataire n’est plus aujourd’hui la tare que cela pouvait représenter il y a quelques décennies. Pour Sophie Cadalen, psychanalyste, le célibat peut être un choix délibéré, «une façon de se rencontrer soi-même, de garder une latitude de choix et de possibilités»: «La rencontre est un dérangement, elle bouleverse notre vie, poursuit la psychanalyste. Rester célibataire, c’est garder le contrôle sur notre vie.» Un contrôle qui se paye en responsabilités et en monnaie sonnante et trébuchante. Si faire des économies serait une des pires raisons pour se mettre en couple, la psychanalyste rappelle que le couple peut aussi «être une sacré planque pour nous épargner des questionnements sur qui nous sommes.»

>> TÉMOIGNAGES - Vous avez plus de 25 ans et vous êtes célibataire? Selon vous, le célibat est-il plus facile à vivre aujourd'hui? Remarques gênantes, amis en couple, mariages à la chaîne, pourquoi est-ce parfois pénible d'être «le pote à caser»?

Ne pas être en couple à 25 ans ou plus en 2013, c'est...?

Racontez-nous dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr