Frigide Barjot appelle à «fêter» le premier anniversaire de la Manif pour tous

SOCIÉTÉ ex-égérie des anti-«Mariage pour tous» entend «retrouver l'élan originel du mouvement»...

avec AFP
— 
Frigide Barjot le 17 septembre 2013 à Paris.
Frigide Barjot le 17 septembre 2013 à Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Frigide Barjot ne se démonte pas. Deux semaines après avoir été priée de quitter le logement social qu’elle occupe à Paris, l'ex-égérie des opposants à l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, appelle à «fêter» le premier anniversaire de La Manif pour tous à l'occasion d'un meeting à Paris dimanche. Et ce avec l'espoir de «changer la loi Taubira», a-t-elle indiqué à l'AFP.

Frigide Barjot donne rendez-vous à ses fidèles un an jour pour jour après la première grande manifestation des opposants au mariage homosexuel, dans une salle du sud de Paris qui peut accueillir jusqu'à 600 personnes.

«On repart pour une deuxième saison»

«Je veux retrouver l'élan originel de notre mouvement avec le seul message que nous portons depuis le début : un enfant naît d'un homme et d'une femme», a dit à l'AFP Frigide Barjot. «On repart pour une deuxième saison», assène-t-elle.

«Il y aura des gens de La Manif pour tous», assure Frigide Barjot qui invite Ludovine de la Rochère, la présidente de La Manif pour tous à se joindre à la manifestation.

Pour l'occasion, afin de rassembler le plus largement possible, le mouvement de Frigide Barjot, «L'Avenir pour tous», issu de «La Manif pour tous», deviendra «Le Mouvement pour tous».

«Constitutionnaliser le mariage»

Le 17 novembre 2012, 100.000 opposants au mariage homosexuel avaient défilé dans les grandes villes de France à l'appel du collectif La Manif pour tous. Suite à des tensions internes, Frigide Barjot avait quitté le mouvement en mai pour créer L'Avenir pour tous avec ses amis.

Au cours du meeting de dimanche, Frigide Barjot va appeler à «lutter contre la loi Taubira», à défendre «la famille» via l'organisation d'états-généraux et à «constitutionnaliser le mariage et la filiation Homme /Femme», est-il indiqué sur le site web de l’Avenir pour tous.