Ecotaxe: Cinq nouveaux radars incendiés ou dégadés en Bretagne

SOCIÉTÉ e trentaine d'engins ont été mis hors service depuis le début de la fronde dans la région...

avec AFP

— 

Le 5e portique détruit en Bretagne,à Lanredec dans les Côtes d'Armor, a longuement brûlé, le 3 novembre 2013. 
Le 5e portique détruit en Bretagne,à Lanredec dans les Côtes d'Armor, a longuement brûlé, le 3 novembre 2013.  — Capture d'écran d'une vidéo de France télévisions

La fronde contre l'écotaxe n'en finiti plus. Trois radars routiers ont été incendiés dans la nuit de samedi à dimanche dans les Côtes d'Armor et deux autres ont été dégradés en Ille-et-Vilaine, a-t-on appris dimanche auprès des gendarmes et des pompiers.

Dans les Côtes d'Armor - où un radar avait déjà été incendié samedi soir près du portique écotaxe de Jugon-les-lacs lors d'une manifestation - des radars ont été incendiés dans la nuit à Maroué, sur la D14, à Planguenoual (D791) et à Plouvara (D7). Les incendies ont eu lieu entre 0h35 et 1h47, ont précisé les pompiers.

Dans toute la France...

En Ille-et-Vilaine, deux radars situés à Goven et Saint-Jean-de- Vilaine ont été «dégradés» et trois personnes interpellées, ont indiqué les gendarmes.

Ces dégradations s'ajoutent aux 28 radars automatiques détruits ou vandalisés en Bretagne depuis le début du mois de novembre, soit un quart de l'équipement installé en bord de routes dans les quatre départements bretons.

Mais la colère contre l'écotaxe s'est propagée. Des actions ont eu lieu samedi à Paris, près de Marseille et de Lyon, dans le Gard, l'Isère, en Charente: bornes incendiées, endommagées, opérations escargots et portiques menacés par des manifestants hostiles à cette taxe. A Paris, ce sont des militants du Printemps français (anti-mariage homosexuel) qui ont agi coiffés de bonnets rouges.