Ecotaxe: Manifestation près de Marseille, deux bornes attaquées dans le Gard

ECOTAXE La fronde contre l'écotaxe, pourtant suspendue par le gouvernement, gagne le Sud-Est...

avec AFP

— 

Un portique écotaxe à Armentières le 27 juin 2013.
Un portique écotaxe à Armentières le 27 juin 2013. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

De la Bretagne à la Méditerranée. Des chauffeurs routiers manifestaient ce samedi matin sur l'autoroute A55 près d'un portique écotaxe du côté de Martigues (Bouches-du-Rhône), protégé par un important dispositif policiers. En parallèle, deux bornes ont été endommagées pendant la nuit de vendredi à samedi dans le Gard.

Une vingtaine de poids lourd ont d'abord mené une opération escargot avant d'installer un barrage filtrant sur l'autoroute à Châteauneuf-les-Martigues à proximité d'un portique écotaxe et de déployer des banderoles, a constaté un photographe de l'AFP.

«Stop au racket», «non à l'écotaxe», «escroc'mouv veut ma peau» [référence à la société Ecomouv', détentrice du contrat de collecte de la taxe, qui fait également polémique], pouvait-on lire sur les banderoles. Trois camions de CRS et plusieurs voitures de police étaient mobilisés pour encadrer la manifestation, qui a créé un important bouchon sur l'A55.

Enquête ouverte dans le Gard

Par ailleurs, deux bornes écotaxes ont été endommagées dans la nuit de vendredi à samedi dans le Gard. Les faits se sont déroulés aux alentours de minuit. Les deux bornes, situées d'un côté et de l'autre d'une route départementale sur la commune de Saint-Gilles, ont été incendiée pour l'une et dégradée pour l'autre.

Les dégradations étaient assorties d'une revendication du Crav, le Comité régional d'action viticole, qui a par le passé revendiqué plusieurs actions violentes dans la région, notamment des attentats à l'explosif. Une enquête a été ouverte et confiée à la compagnie de gendarmerie de Nîmes.