La pratique de votre religion a-t-elle déjà été à l'origine de conflits avec votre employeur?

TÉMOIGNAGES e Conseil économique, social et environnemental pourrait prendre de nouvelles mesures concernant le fait religieux en entreprise...

Christine Laemmel

— 

Une usine PSA Peugeot Citroën à Poissy.
Une usine PSA Peugeot Citroën à Poissy. — THOMAS SAMSON / AFP

En mars 2013, c’est l’affaire «Baby Loup» qui a mis le feu aux poudres. Une salariée de cette crèche privée avait refusé d’enlever son voile sur son lieu de travail. Licenciée, elle a finalement porté l’affaire jusqu’en cour de cassation, qui lui a donné raison, en renvoyant l’affaire devant la cour d’appel. Dans la foulée, l’UMP, par la voix d’Eric Ciotti, a déposé une proposition de loi, rejetée en juin, visant à imposer la neutralité religieuse au travail. La situation est donc toujours la même: laïcité dans le public, relative souplesse dans le privé.

«Codes vestimentaires, prescriptions alimentaires»

C’est dans ce contexte que le 12 novembre, le Conseil économique, social et environnemental  (CESE) rendra son avis. Il dira si oui ou non, la loi a besoin d’être renforcée ou clarifiée en matière d’expression du fait religieux dans l’entreprise. Concrètement, la «prise de congés en fonction d’un calendrier liturgique, la mise à disposition d’espace pour l’accomplissement de rites, le port de symboles,  le respect de codes vestimentaires ou de prescriptions alimentaires», comme le liste le CESE, posent-ils problème en entreprise?

>> Vous êtes croyant? L’expression de votre religion vous a-t-elle déjà causé des difficultés dans votre entreprise? Vous avez demandé des aménagements de votre rythme de travail qui vous ont été refusés? Votre employeur a accepté d’adapter votre environnement aux préceptes de vos croyances?

Racontez-nous comment vous vivez votre religion sur votre lieu de travail, en participant dans les commentaires ou en nous écrivant à reporter-mobile@20minutes.fr