Paris: Un candidat UMP épinglé pour son logement social décide de le quitter

PARIS Il s'était engagé à le quitter en 2009...

avec AFP

— 

La candidate UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté mardi 5 novembre son projet pour les municipales 2014.
La candidate UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté mardi 5 novembre son projet pour les municipales 2014. — WITT/SIPA

Jean-Jacques Giannesini, qui devrait conduire la liste UMP pour les municipales dans le 19e arrondissement de Paris, a annoncé mercredi qu'il rendait son logement social pour se mettre «en conformité avec la demande de Nathalie Kosciusko-Morizet», après avoir été épinglé par un site d'information.

Selon le Lab d'Europe 1, cet élu UMP du Conseil de Paris occupait, pour un loyer de 1.200 euros par mois, un appartement de 80m2 de l'office HLM Paris-Habitat dans le 19e, et n'avait jamais honoré sa promesse faite en 2009 de le quitter eu égard au niveau de ses revenus (plus de 6.000 euros par mois, selon le site). C'est désormais chose faite, dans l'après-midi même de la publication de ces informations, qui étaient reprises par plusieurs sites internet.

«Me mettre immédiatement en conformité avec la demande de NKM»

«Je souhaite me mettre immédiatement en conformité avec la demande de Nathalie Kosciusko-Morizet qui exige pour figurer sur ses listes que chacun s'engage à ne pas être en situation de conflit d'intérêts», a écrit Jean-Jacques Giannesini dans un communiqué. «Pour mettre fin à cette polémique, j'ai décidé d'anticiper le délai de dépôt des listes et de dénoncer dès aujourd'hui (mercredi) par courrier recommandé mon bail auprès de Paris Habitat», a ajouté celui qui a été désigné en octobre par NKM «chef de file» de l'UMP dans le 19e.

L'élu, cadre administratif de profession, âgé de 57 ans, explique qu'il logeait depuis 1990 dans cet appartement de type F4 situé sur les boulevards extérieurs. Ce logement, souligne-t-il, «m'a été attribué en 1990 alors que j'étais simple conseiller d'arrondissement sans rémunération et que je sortais d'une période de chômage».