Accident à Disneyland Paris: L'attraction a rouvert ses portes

FAITS DIVERS Aucun défaut n'a été détecté sur l'attraction...

avec AFP

— 

Les parcs d'attraction d'Euro Disney ont mieux fini l'année qu'ils ne l'avaient débutée, permettant au groupe de réduire ses pertes et espérer une fin de crise proche, alors que les visiteurs, à défaut d'avoir été plus nombreux en 2010, auront au moins plus dépensé.
Les parcs d'attraction d'Euro Disney ont mieux fini l'année qu'ils ne l'avaient débutée, permettant au groupe de réduire ses pertes et espérer une fin de crise proche, alors que les visiteurs, à défaut d'avoir été plus nombreux en 2010, auront au moins plus dépensé. — Francois Guillot AFP/Archives

L'attraction de Disneyland Paris dans laquelle un enfant de cinq ans a été grièvement blessé mercredi soir après avoir chuté d'une embarcation a rouvert ce samedi matin après en avoir reçu l'autorisation des autorités, a-t-on appris de sources concordantes.

L'enfant, qui était soigné à l'hôpital Necker depuis l'accident et dont l'état de santé s'est «amélioré» ces derniers jours, a par ailleurs quitté l'hôpital, a précisé une source proche du dossier.

L'attraction «Pirates des Caraïbes», l'une des plus populaires du parc Disneyland avec quelque 6,5 millions de visiteurs annuels, était fermée depuis trois jours pour des vérifications techniques.

Un défaut de surveillance du père?

«Les scellés ont été levés hier soir. Aucun défaut n'a été détecté par les experts sur le mode de fonctionnement de l'attraction», a indiqué à l'AFP le parquet de Meaux (Seine-et-Marne), selon qui le manège peut «de nouveau fonctionner normalement».

Contactée par l'AFP, la direction d'Eurodisney a confirmé que «Pirates des Caraïbes» avait reçu l'aval des autorités pour rouvrir ses portes et était de nouveau accessible au public depuis samedi matin.

Le petit garçon de cinq ans, prénommé Iban, se trouvait avec son père dans une embarcation de l'attraction lorsqu'il a chuté et s'est retrouvé coincé entre le bateau et le quai.

Selon les premiers éléments de l'enquête, dont les résultats définitifs ne seront connus qu'en milieu de semaine prochaine, un défaut de surveillance du père du garçonnet serait en cause.

«L'enfant s'est levé trop tôt alors que l'embarcation n'était pas encore immobilisée» et ce «malgré les messages qui demandent aux visiteurs de rester assis», a indiqué une source policière.