Frigide Barjot a quatre mois pour quitter son logement social

SOCIÉTÉ justice a ordonné son expulsion du logement intermédiaire à loyer modéré, qu’elle occupe avec son mari...

avec AFP

— 

Paris le 23 avril 2013. Ambiance autour de l'Assemblee Nationale. Vote de  la loi pour le mariage pour tous. Frigide Barjot chef de file du mouvement "la manif pour tous".
Paris le 23 avril 2013. Ambiance autour de l'Assemblee Nationale. Vote de  la loi pour le mariage pour tous. Frigide Barjot chef de file du mouvement "la manif pour tous". — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le tribunal d’instance du 15e arrondissement a ordonné ce mercredi l’expulsion de Frigide Barjot et de son époux, Basile de Koch, de leur appartement du 15e arrondissement de Paris, rapporte Le Figaro. La décision doit être exécutée dans les quatre mois.

La régie immobilière de la ville de Paris avait assigné le couple car elle estimait qu’il avait commis une «infraction grave» en installant les locaux de leur société, Jalons, dans leur duplex de 173 m2 -contre un loyer qu’ils se reversaient- afin de faire «gonfler artificiellement les charges de la société et de payer moins d’impôts».

Elle dénonce «une décision politique»

D’après Le Figaro, Frigide Barjot n’était pas présente à l’audience et une amie a expliqué qu’elle s’est dite «anéantie» et qu’elle dénonce «une décision politique». Elle n’a pas annoncé encore son intention de faire appel.

Le couple a réuni deux appartements, l’un loué en 1994, l’autre en 2000, mais la RIVP ne s’est manifestée que récemment, après que Frigide Barjot est devenue l’égérie de la Manif pour tous, opposée au mariage homosexuel.

«Rien ne justifiait que Mme Barjot, par ailleurs propriétaire de plusieurs biens immobiliers, occupe un logement du parc social au regard de sa situation familiale», a expliqué par communiqué Ian Brossat, chef de file des communistes à Paris, qui ajoute avoir saisi lui-même la direction de la RIVP en avril dernier sur ce cas.