Bébé retrouvé dans un coffre: la santé s'améliore, les bilans prendront du temps

© 2013 AFP

— 

La mère du bébé retrouvé dans le coffre d'une voiture fin octobre a livré sa version des faits dimanche sur TF1, assurant que l'enfant n'avait pas vécu là pendant presque deux ans et admettant s'être "enfermée" dans le mensonge sur cette fillette cachée depuis sa naissance.
La mère du bébé retrouvé dans le coffre d'une voiture fin octobre a livré sa version des faits dimanche sur TF1, assurant que l'enfant n'avait pas vécu là pendant presque deux ans et admettant s'être "enfermée" dans le mensonge sur cette fillette cachée depuis sa naissance. — Eric Porte AFP

L'état de santé du bébé retrouvé vendredi dans un coffre de voiture en Corrèze continue de s'améliorer, mais les examens «médicaux et psychologiques» en cours en vue d'un bilan détaillé prendront plusieurs jours, a-t-on appris mardi de source sanitaire.

La petite fille, dont l'âge est évalué entre 15 et 23 mois, «peut-être 18», reste hospitalisée en pédiatrie au Centre hospitalier de Brive-la-Gaillarde (Corrèze), où la priorité est de lui apporter «confort d'alimentation, d'hygiène, d'environnement», avant d'avancer avec les investigations médicales, a-t-on précisé de même source.

L'enfant avait été trouvé vendredi dernier, sale, nue, déshydratée, en état de carence manifeste de soins, dans un couffin déposé dans le coffre d'une voiture que la mère amenait à un garage de Terrasson (Dordogne).

Selon le parquet, l'enfant présentait des développements de poids, de taille, psychomoteur, non compatibles avec son âge présumé, un peu moins de deux ans, et notamment ne parlait pas. Elle aura besoin d'une prise en charge «lourde» pour rattraper ses carences.

Ses parents ont été mis en examen dimanche pour privation de soins par ascendant, violence habituelle sur mineur et dissimulation, et laissés en liberté sous contrôle judiciaire strict. Trois enfants du couple âgé de 4 à 10 ans, normalement scolarisés et intégrés, ont été placés à titre provisoire.

L'information judiciaire ouverte devait en particulier s'attacher à la personnalité du couple, aux raisons et modalités de la dissimulation de l'enfant par la mère depuis la naissance aux proches, au voisinage, et au père, selon les dires du couple.

Le parquet de Brive n'a pas souhaité informer mardi à propos de l'état des investigations.