Ecotaxe en Bretagne: Les manifestants ont quitté les lieux

SOCIÉTÉ un d'entre eux a eu une main arrachée au cours d'affrontements en tentant d'attraper une grenade destinée à disperser la foule...

A.G. avec AFP

— 

Une manifestation d'agriculteurs à Pont-de-Buis, dans l'ouest de la France, le 26 octobre 2013
Une manifestation d'agriculteurs à Pont-de-Buis, dans l'ouest de la France, le 26 octobre 2013 — Fred Tanneau AFP

Les manifestants qui s'étaient réunis samedi midi devant un portique écotaxe du Finistère pour protester contre cette taxe environnementale ont quitté un peu avant minuit les lieux, a-t-on appris auprès de manifestants.

Olivier Billon, président des Jeunes agriculteurs (JA) du Finistère, a confirmé à l'AFP que les manifestants avaient quitté les lieux. Il a précisé que tous les camions étaient partis et que lui avait été le dernier à quitter le site un peu avant minuit.

Il a donné «rendez-vous samedi prochain à Quimper pour le rassemblement régional», une manifestation «pour l'emploi et la Bretagne» qui doit réunir salariés de l'agroalimentaire, agriculteurs, marins, élus, commerçants, artisans ou encore transporteurs. «Ce n'est que reporté pour le portique», a ajouté Olivier Billon.

Un millier de manifestants, 250 camions

«Tout le monde est parti», a également assuré à l'AFP Jean-François Jacob, secrétaire général d'une coopérative légumière, qui participait à la manifestation. «La voie express va être libérée sous peu», avait indiqué un peu plus tôt Nadine Hourmant, délégué FO du volailler Doux, également présente parmi les manifestants.

Les manifestants, un millier environ, étaient arrivés en force en fin de matinée avec quelque 250 camions, des tracteurs et des remorques pleines de pneus, de choux-fleurs, d’oeufs et de bottes de paille devant le portique de Pont-de-Buis, sur la quatre-voies entre Brest et Quimper avec l'intention de le faire tomber. Mais ils se sont heurtés aux forces de l'ordre et les affrontements ont duré tout l'après-midi. Un manifestant a eu une main arrachée dans ces heurts en tentant d'attraper une grenade destinée à disperser la foule.

Des actions de plus en plus tendues

Dans la nuit de vendredi à samedi des agriculteurs ont aussi mené une action coup de poing à Morlaix (Finistère) en déversant devant le centre des impôts des palettes, des choux-fleurs et du fumier. Ces actions deviennent de plus en plus tendues alors que le gouvernement reste inflexible sur la date de mise en application de l'écotaxe au 1er janvier 2014, assurant cependant à la Bretagne un abattement de 50% en raison de son éloignement du reste de l'espace européen. Une réunion vendredi à Rennes à la préfecture de région, boycottée par les représentants des acteurs économiques bretons, n'a pas suffit à apaiser les tensions.