Manuel Valls préféré en cas de changement de Premier ministre

© 2013 AFP

— 

Après les couacs à répétition de l'exécutif, Leonarda, la taxation de l'épargne, et avec la fronde des Bretons contre l'écotaxe, l'ensemble des éditorialistes fustige un gouvernement "sans GPS", "sans boussole", "ramant à contre-courant" et un président pris dans des sables mouvants.
Après les couacs à répétition de l'exécutif, Leonarda, la taxation de l'épargne, et avec la fronde des Bretons contre l'écotaxe, l'ensemble des éditorialistes fustige un gouvernement "sans GPS", "sans boussole", "ramant à contre-courant" et un président pris dans des sables mouvants. — Kenzo Tribouillard AFP

Manuel Valls arrive en tête des personnalités de gauche pour succéder à Jean-Marc Ayrault à Matignon, avec 30% souhaitant sa nomination, selon un sondage Ifop pour le site d'information Atlantico, publié samedi.

Dans cette enquête, à la question «qui souhaiteriez-vous comme Premier ministre dans le contexte actuel de difficultés que connaît le gouvernement», 30% des personnes interrogées répondent Manuel Valls, 10% Martine Aubry, 6% Jean-Marc Ayrault, 4% Arnaud Montebourg, 4% Ségolène Royal, et 46% aucune de ces personnalités.

Parmi les sympathisants du PS, le ministre de l'Intérieur fait jeu égal avec la maire de Lille (25% chacun), M. Ayrault les talonne avec 21%. Suivent Ségolène Royal (9%) et Arnaud Montebourg (3%). 17% choisissent aucune de ces personnalités.

Chez les sympathisants de l'UMP, M. Valls est largement en tête avec 49%. Mme Aubry est choisie par 4% de ces sympathisants, M. Ayrault par un nombre insignifiant de sondés de cette catégorie, tandis que Arnaud Montebourg et Ségolène Royal le sont par 1% . 45% ne veulent aucune de ces personnalités.

Du côté des sympathisants FN, le ministre de l'Intérieur est le préféré (30%), devant M. Ayrault (2%), M. Montebourg (2%), Mme Aubry (1%) et Mme Royal (nombre insignifiant). Mais, chez les sympathisants FN, une large majorité (65%) ne veut aucune de ces personnalités.

Enquête réalisée du 23 au 25 octobre, par internet, auprès d'un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).