Un militant de Greenpeace délogé de la Tour Eiffel

MILITANTISME Installé dans une tente suspendue depuis le 2e étage de la Tour Eiffel, le militant demandait la libération de 30 membres de Greenpeace en Russie...

avec AFP

— 

Un militant de Greenpeace se suspend dans une tente au 2e étage de la Tour Eiffel, samedi 26 octobre 2013.
Un militant de Greenpeace se suspend dans une tente au 2e étage de la Tour Eiffel, samedi 26 octobre 2013. — Greenpeace/Twitter

Les pompiers ont délogé samedi matin un militant de Greenpeace qui s'était installé dans une tente suspendue depuis le deuxième étage de la Tour Eiffel, pour demander la libération des 30 membres de l'organisation détenus en Russie, a constaté une journaliste de l'AFP.

Peu après 11h, les pompiers ont hissé la nacelle sur laquelle le militant avait pris place, déployant une banderole sur laquelle on pouvait lire «Free the Artic 30» (Libérez les 30 de l'Arctique) et «Militants en prison, climat en danger».

Le militant, aidé d'un autre membre qui sécurisait le point d'ancrage de la nacelle, s'était introduit dans le monument grâce à une échelle avant l'heure d'ouverture.

Un navire de Greenpeace, Arctic Sunrise, a été arraisonné le 19 septembre par un commando russe après que des militants eurent tenté d'escalader une plateforme pétrolière du géant Gazprom afin d'en dénoncer les risques écologiques. Les 30 membres d'équipage, parmi lesquels un cuisinier, un médecin et deux journalistes freelance, dont 26 étrangers, ont été incarcérés à Mourmansk (nord-ouest) et inculpés de «hooliganisme», un crime passible de sept ans de prison en Russie.