Marseille: Indignation à l’Assemblée communautaire après des propos polémiques

O.G.

— 

Samia Ghali et Patrick Mennucci, lors de la victoire de ce dernier au second tour des primaires socialistes le 20 octobre 2013.
Samia Ghali et Patrick Mennucci, lors de la victoire de ce dernier au second tour des primaires socialistes le 20 octobre 2013. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ambiance tendue ce vendredi matin à Marseille lors d’une séance de l’Assemblée communautaire. Alors que Patrick Mennucci, désormais candidat socialiste pour la municipale à Marseille, demande au sénateur UMP Bruno Gilles de le féliciter, ce dernier réplique: «Je vais plutôt crier Samia, Samia», dévoile le site  marsactu.fr.

Réponse acerbe de Patrick Mennucci : «Ce sera bien la première fois que tu applaudirais une Arabe...» Une attaque qui a mis le feu aux poudres. A la suite de cet échange musclé, le maire du 3e secteur de Marseille répète à ses collègues les propos du candidat socialiste. Et les élus UMP de quitter l’Assemblée, choqués. Selon Marsactu, Samia Ghali aurait également quitté la séance.

Une maladresse

Le maire actuel de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et Bruno Gilles ont rapidement réagi sur Twitter, allant même jusqu’à demander une annonce officielle du Parti socialiste.

 

 

Cette levée de boucliers n’a pas tardé à faire réagir l’intéressé. Dans un communiqué, Patrick Mennucci s’est expliqué: «c'est une phrase inappropriée parce qu'elle qualifie la personne de Samia Ghali selon son origine mais elle est prononcée à l'égard d'une personne, Bruno Gilles, et d'un parti dont j'ai la conviction de la xénophobie, notamment d'une alliance passée avec le Front National et de son appartenance à l’extrême droite dans sa jeunesse.

 

Ma phrase est bien sûr l'inverse d'une phrase raciste puisqu'elle voulait maladroitement démontrer l'instrumentalisation des résultats de la primaire citoyenne et de ses suites par la droite locale.» L’affrontement dans la course à la mairie entre UMP et PS s’annonce sportif.