La SNCF veut utiliser des drones pour surveiller les rails

Vincent Vantighem

— 

Image illustrant l'aiguillage des rails de la SNCF.
Image illustrant l'aiguillage des rails de la SNCF. — BAZIZ CHIBANE/SIPA/BAZIZ CHIBANE/SIPA

La facture s’élève chaque année à 30 millions d’euros. Selon les informations du Figaro, la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF) testent actuellement l’utilisation de drones pour repérer les éventuels actes de malveillance sur son réseau ferré. Un haut responsable de la gendarmerie nationale explique que le «réseau est quotidiennement le théâtre de plusieurs vols de cuivre», dans les colonnes du quotidien.

Contact visuel en permanence

Aux 30 millions d’euros de factures pour RFF viennent en plus s’ajouter les frais liés aux perturbations de trafic pour la SNCF. Autant d’arguments économiques qui ont poussé la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) à assouplir l’utilisation de ces avions sans pilote pour surveiller les rails.

 «A l’heure actuelle, l’utilisation de ces drones est autorisées lorsque le contact visuel est maintenu en permanence», explique au Figaro, Jean-Jacques Thomas, le responsable de l’Innovation et de la Recherche à SNCF Infra, la branche chargée de l’entretien du réseau.