Procès UIMM: Deux ans avec sursis et 250.000 euros d'amende requis contre Gautier-Sauvagnac

JUSTICE Dix prévenus sont soupçonnés d'abus de bien social, travail dissimulé, destruction de documents comptables, recel, ou de complicité...

avec AFP

— 

L'ancien président de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, quitte le tribunal le 7 octobre 2013 à Paris.
L'ancien président de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, quitte le tribunal le 7 octobre 2013 à Paris. — ERIC FEFERBERG / AFP

Le parquet a requis lundi une peine de deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amende à l'encontre de l'ancien patron de l'UIMM Denis Gautier-Sauvagnac, principal prévenu du procès de «la caisse noire» de la fédération patronale de la métallurgie.

La substitut du procureur Ariane Amson a requis par ailleurs des peines de 8 mois avec sursis à l'encontre de Dominique de Calan, délégué général adjoint de l'UIMM, et des peines de 6 mois avec sursis contre la chef comptable Dominique Renaud et Bernard Adam, l'ex-directeur administratif de la fédération patronale.

Dix prévenus

La représentante du ministère public a enfin réclamé une amende de 150.000 euros contre l'UIMM en tant que personne morale s'en remettant pour les autres prévenus à des réquisitions écrites qui n'ont pas été évoquées à l'audience.

Les dix prévenus sont accusés d'abus de bien social, travail dissimulé, destruction de documents comptables, recel, ou de complicité de ces faits passibles de 3 ans de prison et de 375.000 euros d'amende.

La justice s'interroge sur la destination de 16 millions d'euros retirés en liquide entre 2000 et 2007 des caisses de l'Epim, une structure d'entraide créée en 1972 par la fédération pour apporter «un appui moral et matériel» à ses adhérents subissant un conflit du travail.