Leonarda «supplie» la France d'accepter le retour de sa famille

A.D. avec AFP

— 

Leonarda Dibrani, à Mitrovica (Kosovo).
Leonarda Dibrani, à Mitrovica (Kosovo). — Armend Nimani / AFP
Ce live est désormais terminé. Merci de nous avoir suivi...
20h: Pour Bayrou, la fonction présidentielle est «lourdement atteinte»
François Bayrou a estimé sur BFM TV, lundi, que la fonction présidentielle était «lourdement atteinte» après les déclarations de François Hollande du week-end. Il a par ailleurs estimé qu'il n'avait pas de majorité car «quand il y a une majorité, c'est une majorité qui soutient une politique». «Il y a deux composantes à sa majorité et il a peur de l'affrontement, de la clarification qui s'imposerait», a jugé François Bayrou.
19h30: RESF demande un changement de politique d'immigration
Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a demandé «que la politique d'immigration change», estimant que Manuel Valls «poursuit» la politique de Nicolas Sarkozy. «C'est ancrer l'idée qu'il n'y a qu'une seule politique en matière d'immigration possible en ce pays, c'est totalement irresponsable», a dit Richard Moyon, confondateur de RESF. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse au siège de la FCPE avec des représentants de plusieurs organisations membres du réseau, dont les syndicats lycéens UNL et FIDL.

17h36: Hollande, «un grand homme politique qui a commis une erreur» pour le père de Leonarda
Le père de Leonarda Resat a affirmé que le chef de l'État français était «un grand homme politique qui a commis une erreur en refusant de nous permettre de revenir» en France.
«Mais lui aussi est père. Il est notre président aussi et il sera un homme politique encore plus grand s'il reconnaît l'erreur et accepte notre retour», a-t-il poursuivi.
 

17h30: Leonarda «supplie» la France d'accepter le retour de sa famille
Leonarda a supplié ce lundi «la France» d'accepter son retour ensemble avec sa famille.«La France doit nous accepter de nouveau. Je la supplie de nous permettre d'y revenir le plus vite possible parce que ce n'est pas notre maison ici» au Kosovo, a dit à l'AFP Leonarda.

15h25: Ayrault demande de «revenir à l'essentiel»

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé de «revenir à l'essentiel» après l'affaire Leonarda, réclamant de mettre «fin à toutes les exploitations politiques et politiciennes». «Il faut remettre de la sérénité, et ça commence par l'exemplarité des dirigeants politiques de toute sensibilite», a-t-il affirmé devant la presse, en déplacement à Copenhague.

Selon Jean-Marc Ayrault, «il y a beaucoup trop de passion et un manque de sang froid qui s'est développe ces dernières heures».

14h: Comme Harlem Désir, Assouline assure que «le débat est clos»
«A partir du moment où le président a tranché et a décidé de façon précise, la décision est prise et le débat est clos», a renchéri le porte-parole du PS, David Assouline, lors de son point de presse hebdomadaire.
Il n'y a eu chez Harlem Désir «aucune remise en cause de la décision du président de la République», a assuré le porte-parole.
«Le Parti socialiste, c'est le Parti socialiste, a insisté David Assouline. Il y a le gouvernement, qui est dans ses prérogatives, et il ne doit y avoir aucune confusion. Le PS soutient François Hollande».

13h07: La Fidl écrit aux députés pour interdire l'expulsion des «scolarisés»
Des lycéens de la Fidl ont déposé lundi une lettre aux 577 députés français pour leur demander le retour de Leonarda et de Khatchik et «l'arrêt des expulsions des jeunes» quand ils sont «scolarisés», a constaté un journaliste de l'AFP.
Une vingtaine de lycéens se sont rendus à l'Assemblée nationale lundi matin pour déposer des cartons de lettres aux députés. Sur les cartons blancs, il était écrit en grand: «Il était une fois le pays des droits de l'Homme».

12h55: Une vingtaine de lycéens devait rencontrer les députés ce matin
Menés par la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl), une vingtaine de lycéens ne veulent pas que les vacances scolaires éteignent la mobilisation et devaient rencontrer les députés ce matin, à l'Assemblée nationale.
Les lycéens espèraient qu’ils ne seraient pas accueillis par «un cordon de CRS» et que certains députés «descendr[aient] de leurs bureaux pour venir discuter» avec eux.

12h45: Pour Hidalgo, il aurait été «plus judicieux» que Valls ou Ayrault parlent
«Je pense qu'il aurait été plus judicieux que ce soit le ministre de l'Intérieur ou le Premier ministre qui s'exprime», a déclaré Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris.
Elle a jugé qu'il «fallait rappeler des principes» et «ils ont été rappelés par le président de la République», «à savoir : il ne peut pas y avoir d'interpellation d'enfants dans le cadre scolaire».
«Comment sortir aujourd'hui d'une situation inextricable? Je n'en sais rien», a poursuivi l'élue.

12h20: Jacob met en cause l'«irresponsabilité» de François Hollande
Invité de RTL, le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob a dénoncé «l'irresponsabilité» de François Hollande.
«Le président de la République se trouve dans cette situation invraisemblable: quasiment en direct en train de dialoguer avec une enfant de [15] ans sur les conditions éventuelles de son retour», critique-t-il.

12h01: L'agresseur de la famille Dibrani serait l'ex-mari de la mère
L'agression qui a eu lieu hier serait le fruit d'une dispute d’ordre privée, a-t-on appris ce lundi matin. «L'incident s'est produit entre deux familles, les Dibrani et les Bislimi. Il s'est avéré que M. Bislimi avait été l'époux de Xhemaili Dibrani, la mère de Leonarda, il y a 25 ans et nous supposons que ce fait a été à l'origine de l'incident», a déclaré à la presse dimanche soir un policier, le capitaine Ahmet Gjosha.

11h55: Un sondage souligne le soutien des Français à Manuel Valls
Selon un sondage BVA réalisé les 17 et 18 octobre, 46% des Français interrogés se déclarent choqués par l’interpellation de Leonarda.
65% seraient opposés à une annulation de cette expulsion et 74% des sondés «approuvent» la position de Manuel Valls dans cette affaire.

11h44: «Le pouvoir a perdu la boussole» pour Bayrou
François Bayrou revient sur Twitter sur son intervention d'hier «Le pouvoir a perdu la boussole et la fait perdre au pays»:
11h30: «On a peur», affirme la mère de Léonarda
La mère de Leonarda affirme dans une vidéo tournée hier et diffusée par FTVi: «On serait vraiment heureux de rentrer en France, ce n'est pas chez nous ici. On ne comprend pas ce qui se passe, on a peur, on ne dort plus la nuit».
«On n'a pas la liberté ici, on va se faire agresser tout le temps» redoute Leonarda. La jeune fille raconte: «On est sorti faire les courses et un monsieur est venu la taper», raconte-t-elle en désignant sa mère.
11h25: Les lycéens devraient se mobiliser à nouveau dans la journée
Une nouvelle mobilisations des lycéens est prévue, cette fois devant l'Assemblée nationale pour interpeller les députés sur les cas de Leonarda et Khatchik.


11h10: Le courant socialiste de la Gauche durable refuse d'être mise en «porte-à-faux» avec ses valeurs
La Gauche durable, qui rassemble quelque 25 parlementaires PS, a pointé lundi l'exaspération d'«une gauche à la peine» avec la politique économique et sociale gouvernementale, qui «souffre de ne pas être entendue» et refuse d'être mise «en porte-à faux» avec ses valeurs.
Parmi les élus de ce mouvement,la sénatrice Laurence Rossignol et le député Christian Paul.

11h: Les éditorialistes unanimes sur le «naufrage» de Hollande
Sans surprise, le Figaro, qui titre «Le Fiasco», évoque ce matin un «naufrage», et un «échec cinglant».
«La séquence est dévastatrice», renchérit Libération, alors que La Croix dénonce «une bien piètre image de la décision politique».

>> Retrouvez les éditos de ce lundi par ici
10h50: Mélenchon dénonce une «mascarade»
Le leader du Front de gauche a lui aussi réagi sur son blog, dénonçant une «mascarade». Au sujet de la proposition de François Hollande de faire revenir Leonarda en France sans sa famille, il juge que «tout a été mobilisé pour mettre en scène une décision plus absurde que la situation antérieure».

10h45: Bruno Le Maire brocarde l'«effondrement moral de la majorité de gauche»
Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure, attaque sur son blog l'attitude de la majorité.«Cette affaire aurait dû se clore avec une décision ferme et claire du Président de la République, affirmant que les voies de recours avaient été épuisées et que la famille avait par conséquent vocation à quitter notre territoire», estime-t-il avant de dénoncer «un effondrement moral de la majorité de gauche».

10h40: Roger Karoutchi invoque De Gaulle
Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi a attaqué François Hollande «qui se met au niveau de Leonarda qui l'humilie», dans un tweet. 
10h30: «Le débat est clos», aux yeux de Désir

Interrogé par BFMTV-RMC sur ses propos de samedi, quand il avait demandé que tous les enfants Dibrani puissent étudier en France, alors que François Hollande l'avait proposé à la seule Leonarda, le premier secrétaire du PS a tranché: «le débat est clos, puisque le président de la République a pris une décision».
Prié instamment de dire s'il redemandait le retour en France de la mère et des autres enfants, il a esquivé : «je n'ai pas la nécessité de redire cette phrase, parce que ça ne dépend pas de moi, ça dépend du gouvernement. Je ne suis pas ministre».
 

10h10: Valls à la majorité: «Nous ne pouvons pas créer nous-mêmes le désordre»
«La ligne du président de la République est responsable, il faut qu'elle soit totalement assumée collectivement sinon nous n'aurons pas la confiance des Français», a déclaré le ministre de l'Intérieur sur Europe 1.
Selon lui, «nous ne pouvons pas créer nous-mêmes le désordre à partir de nos propres rangs, la situation est suffisamment difficile».

EXTRAIT - Manuel Valls - Leonarda : "Un geste... par Europe1fr
10h: Marine Le Pen juge que Hollade a «humilié la France»
Comme France 2 demandait ce lundi à l'eurodéputée si le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, devait démissionner, elle a tranché : «si des gens devaient démissionner, le premier qui devrait démissionner, c'est pas Manuel Valls, si vous voyez à qui je pense».
«C'est évidemment le président de la République puisqu'il a humilié la France d'une telle manière qu'il n'a plus aucune autorité», a-t-elle répondu.

Le chef de l'Etat, François Hollande, a proposé samedi à la collégienne kosovare rom Leonarda Dibrani, dont l'expulsion le 9 octobre après son interpellation en pleine sortie scolaire a semé le trouble dans la majorité, de revenir étudier en France, mais sans le reste de sa famille.

Cette offre a été rejetée par l'adolescente et sa famille au Kosovo, et vertement critiquée à gauche et à droite.