Manifestation de Civitas à Paris contre l'«anti-christianisme»

© 2013 AFP

— 

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à l'appel de l'Institut Civitas, fer de lance des intégristes catholiques nationalistes, contre l'"anti-christianisme" et la "politique anti-familiale" du gouvernement, a constaté un journaliste de l'AFP.
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à l'appel de l'Institut Civitas, fer de lance des intégristes catholiques nationalistes, contre l'"anti-christianisme" et la "politique anti-familiale" du gouvernement, a constaté un journaliste de l'AFP. — Eric Feferberg AFP

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à l'appel de l'Institut Civitas, fer de lance des intégristes catholiques nationalistes, contre l'«anti-christianisme» et la «politique anti-familiale» du gouvernement, a constaté un journaliste de l'AFP.

«Cet anti-christianisme se développe dans l'indifférence des médias et des autorités politiques. C'est totalement anormal», a expliqué Alain Escada, président de Civitas, qui se trouvait en tête du cortège derrière une banderole affichant «La France est chrétienne et doit le rester».

Les manifestants se sont arrêtés plusieurs minutes devant les locaux de la Fondation Pierre Bergé, puis près des locaux de RTL, où l'homme d'affaires est chroniqueur, lui reprochant de s'être déclaré fin septembre lors d'une émission de radio «pour la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes».

Entonnant des slogans contre les francs-maçons, les militantes féministes Femen ou encore le mariage homosexuel, ils ont appelé à la démission du président François Hollande et s'en sont pris vertement à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, ainsi qu'au ministre de l'Education, Vincent Peillon.

Ils ont achevé leur manifestation par une prière dans la rue, avant de se disperser dans le calme.