EN DIRECT. Affaire Leonarda: Valls publie la circulaire durcissant l'interdiction d'intervention à l'école

F.F. avec AFP

— 

François Hollande à Paris le 3 septembre 2013.
François Hollande à Paris le 3 septembre 2013. — BERTRAND GUAY / AFP
Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Vous trouverez ici une synthèse des événements de la journée. A bientôt sur 20minutes.fr.

20h40: Des syndicats de police contestent tout «manque de discernement»

Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix, a contesté samedi le «manque de discernement» reproché aux forces de l'ordre dans le rapport d'enquête sur l'interpellation de la collégienne Leonarda Dibrani, expulsée au Kosovo.

Dans un communiqué, le syndicat affirme que «les policiers n'ont commis aucune faute, le droit a été respecté et les conditions d'interpellation conformément aux instructions reçues» se sont déroulées «hors de la vue du public et avec la plus grande humanité compte tenu des circonstances particulières et de la sensibilité de l'opération de police à mener». «Si les règles d'interpellation sont désormais modifiées, les policiers républicains les appliqueront. Mais pour l'heure, Alliance police nationale n'acceptera jamais que nos collègues soient les boucs émissaires et montrés du doigt par des élus de la République qui avaient toute latitude, avant l'affaire Leonarda, de modifier le droit», poursuit le syndicat.

De son côté, le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), majoritaire ches les officiers et commissaires, a regretté «l'ampleur démesurée donnée à cette affaire».
 

20h08: Pour Jean-François Copé, Hollande «a porté un coup terrible à l'autorité de l'Etat»
François Hollande a porté un «coup terrible à l'autorité de l'Etat» dans l'affaire Leonarda et «Manuel Valls a surjoué la martialité», a dit samedi soir le président de l'UMP Jean-François Copé. «On se moque des Français, de la loi», a déclaré Jean-François Copé sur BFMTV en estimant que François Hollande avait «manqué de fermeté» et s'était «ravalé au rang du chef du PS» en faisant «une synthèse introuvable entre les courants de la gauche». «La loi doit être appliquée, cette famille ne peut pas revenir en France», a dit Jean-François Copé. «La mère de Leonarda ne parle pas le français, les provocations du père sont insupportables», a-t-il dénoncé.

20h00: Valls publie la circulaire durcissant l'interdiction d'intervention à l'école

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a adressé samedi soir aux préfets une circulaire durcissant l'interdiction faite aux forces de l'ordre d'intervenir «dans le cadre scolaire» lors des expulsions d'étrangers en situation irrégulière.

Désormais, la «protection» du cadre scolaire «s'étend au temps périscolaire et aux activités organisées par les structures destinées à l'accueil collectif des mineurs», et «concerne donc l'ensemble des activités placées sous l'autorité de l'institution scolaire», selon le texte de cette instruction transmis à l'AFP.

18h37: Pour RESF, Hollande intervient à la télé «pour démembrer une famille»
Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a accusé samedi le président François Hollande d'être intervenu «à la télé pour démembrer une famille», en proposant Leonarda, la collégienne expulsée au Kosovo, de revenir seule en France. «Hollande intervient à la télé pour démembrer une famille, celle de Leonarda autorisée à revenir en France sans ses parents et ses frères et soeurs», dénonce RESF dans un communiqué. «La législation votée sous les deux précédents gouvernements reste en place sans aucun changement, l'annonce d'une nouvelle loi est sans cesse repoussée aux calendes grecques», déplore RESF. «Ce qui est choquant c'est que la loi prescrive l'expulsion d'une famille qui vit ici depuis des années. Et c'est le manque de courage politique de ceux qui justifient ces lois, les font appliquer par leur administration et refusent de les changer», conclut le réseau associatif.

17h47: Une centaine de personnes au Mans contre la position de François Hollande
Une manifestation réunissant une centaine de personnes, organisée à l'origine pour dénoncer l'expulsion de Leonarda au Kosovo, s'est transformée samedi au Mans en un rassemblement de protestation contre la décision de François Hollande d'autoriser la jeune collégienne à revenir en France, mais sans sa famille, a constaté un correspondant de l'AFP.

«C'est le jugement de Salomon, on lui demande de choisir sa famille ou ses études» en France, a déploré Rémy, un militant de SOS Racisme.

«Quelque part, ça frise le cynisme», a commenté Bernard Lebrun, président du Réseau éducation sans frontières (RESF) dans la Sarthe, auprès de l'AFP.
 

16h21: Une «décision juste», pour Bruno Le Roux (PS)
Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, juge que François Hollande a tiré des «conclusions justes» dans l'affaire Leonarda, dans un communiqué publié samedi.

Le chef de l'Etat «en a tiré des conclusions justes: fermeté dans l'application de la loi, clarification des règles en prohibant toute interpellation dans le cadre scolaire, prise en compte des situations humaines en permettant le retour de Leonarda si elle le souhaite», estime Bruno Le Roux.

«Avec ces décisions justes, le président de la République permet de mettre fin dignement à cette affaire, en appliquant la loi dans le respect des principes républicains», ajoute-t-il.
 

16h17: François Fillon «regrette l' indécision caricaturale» de François Hollande
Pour l'ex Premier ministre, «à force de chercher des synthèses, François Hollande apparaît ambigu face à l'immigration irrégulière et lâche par rapport à une adolescente condamnée à choisir entre la France et sa famille».

«Cette affaire illustre la nécessité de réduire à six mois le délai d'examen de demande d'asile», ajoute samedi l'ancien Premier ministre UMP dans un communiqué.

«Ce qui passe notamment par une réforme de la composition de la cour nationale de droit d'asile, que nous avions engagée, et qu'il faut conduire à son terme», conclut-il.
 

15h43: Borloo estime que la décision de Hollande est «incompréhensible»
La position de François Hollande est «incompréhensible tant en terme du respect de la loi que du respect de l'unité d'une famille», estime le président de l'UDI Jean-Louis Borloo. Cette position «apparaît comme extrêmement dangereuse pour les Français ainsi que pour ceux qui à l'extérieur observent les décisions de la France», a ajouté le centriste dans un communiqué. Cette décision «est malheureusement de nature à amplifier l'absence de confiance des citoyens à l'endroit de nos institutions et de la République», a-t-il ajouté.
15h20: Harlem Désir va s'entretenir avec le Président
«Je vais en discuter avec le président et le gouvernement», a déclaré Harlem Désir. Il a néanmoins salué la «décision d'humanité» du chef de l'Etat, qui «donne la possiblité à Leonarda de revenir en France pour y poursuivre son parcours d'intégration et de scolarisation». «J'espère qu'elle en fera la demande», a-t-il dit. Il se réjouit également de l'annonce «d'une instruction qui clarifie la sanctuarisation de l'école et des activités scolaires. L'école et les valeurs de la République en sortent renforcées».
14h57: L'association la Voix des Roms parle d'«une indécence inacceptable»
L'association La voix des Rroms juge d'une «indécence inacceptable» la proposition de François Hollande de laisser rentrer seule en France Leonarda, la collégienne expulsée au Kosovo. «Proposer à une enfant de 15 ans de quitter sa famille pour pouvoir construire sa vie dans le pays où cette enfant se sent chez elle, c'est inhumain, indécent et illégal», estime l'association dans un communiqué.

La voix des Rroms cite la Convention internationale des droits de l'enfant, qui «reconnaît à chaque enfant le droit de grandir dans sa famille» et estime que «l'indécence des autorités va jusqu'à violer les règles du droit international que la France a ratifiées».

L'association en appelle à la jeunesse pour «maintenir et renforcer» la mobilisation en faveur de Leonarda, «seule à pouvoir rétablir l'honneur de ce pays, malmené par l'irresponsabilité de sa classe politique».

14h47: Harlem Désir (PS) «souhaite que tous les enfants de la famille puissent finir leurs études en France»
14h29: Une décision «d'une cruauté abjecte» pour le Parti de Gauche
Le Parti de gauche dénonce «une cruauté abjecte» dans la décision de François Hollande d'autoriser Leonarda à revenir en France, mais sans sa famille. «La jeune collégienne est sommée par le Président de la République de choisir entre vivre en famille (5 frères et soeurs et ses parents) ou revenir seule en France poursuivre ses études. C'est d'une cruauté abjecte», a déclaré Danielle Simonnet, secrétaire nationale du Parti de gauche, qui avait demandé la démission de Manuel Valls après l'expulsion de France de la collégienne kosovare, dans un communiqué.
14h19: Le président du Nouveau Centre Hervé Morin s'indigne
14h05: Leonarda ne pourra rentrer en France que si ses parents donnent leur accord
C'est ce qu'a précisé un conseiller de François Hollande peu après l'intervention du Président

14h: La manifestation des lycéens place de la Bastille à Paris prend forme

14h00: Geoffroy Didier (UMP) et l'incapacité de Hollande à trancher
13h56: Florian Philippot du Front national s'interroge sur le contenu du rapport d'enquête
Le vice-président du FN lui, s'interroge principalement sur une somme d'argent que le père de Leonarda se serait vu proposer.
13h53: Le Parti de Gauche réagit également
Raquel Garrido, avocate et porte-parole du Parti de Gauche laisse entendre que la décision de François Hollande est impossible à appliquer.
13h40: Pour Christian Estrosi, il s'agit «d'une prime à la triche»
Christian Estrosi, interrogé sur iTélé, a également indiqué qu'il juge les propos de Leonarda concernant sa volonté de ne pas rentrer seule en France «injurieux».
13h35: Nadine Morano réagit sur Twitter

13h30: Leonarda veut revenir «avec sa famille»
Interrogée par iTélé, l'adolescente a déclaré qu'elle ne voulait pas revenir seule, mais avec sa famille. «C'est très gentil (ndlr: de la part de François Hollande), mais si je peux pas revenir avec ma famille, c'est mort.» Elle précise que ses frères et soeurs sont également scolarisés en France. «François Hollande n'a pas de coeur.»

13h30: Le père de Leonarda réagit
Le rapport du ministère français de l'Intérieur est «une catastrophe», a déclaré Resat Dibrani, le père de Leonarda. «C'était dur jusqu'à présent, mais ceci est une catastrophe. Nous ne baissons pas les bras. Mes enfants étaient intégrés en France, nous continuons le combat car mes enfants sont ici (ndlr: au Kosovo) des étrangers.»La police dit qu'elle n'a commis aucune erreur et pourtant sa plus grande erreur est d'avoir affirmé que mes enfants sont du Kosovo alors qu'ils ne le sont pas», a-t-il poursuivi. Il a également indiqué à plusieurs chaînes de télévision qu'il comptait en France illégalement dans quelques jours.
13h17: «Cette affaire a été l'occasion d'une clarification. Désormais il n'y a plus de doute sur ce que doit être la loi», conclut le Président.
13h16: «Les valeurs de la République, c'est de tenir compte des valeurs humaine. Si Leonarda en fait la demande et qu'elle veut poursuivre sa scolarité en France, une autorisation lui sera accordée, et à elle seule.»
13h15: «Les valeurs de la République, c'est aussi l'école. Une instruction sera adressé au préfet prohibant toute interpellation d'enfant dans le cadre scolaire. L'école doit être préservée.»
13h15: «J'en tire 3 conclusions : la première, c'est que la loi doit s'appliquer.Le respect de la loi, c'est de traduire les conséquences d'une demande de quitter le territoire.»
13h14: «L'enquête indique aussi que l'interpellation s'est déroulée au cours d'une sortie scolaire. C'est une infraction. Il n' a pas eu de faure mais un manque de discernement dans l'exécution de l'opération.»
13h13: «Le gouvernement a demandé une enquête sur ce qui c'était produit dans le transport scolaire concernant la jeune Leonarda. Le rapport vient de m'être remis. Aucune règle de droit n'a été enfreinte.»

13h12: C'est parti pour l'intervention de Hollande
13h04: La déclaration de François Hollande sera enregistrée
Selon iTélé, l'intervention du Président sera une courte allocution télévisuelle enregsitrée, et non pas en direct.
13h01: Les Français majoritairement contre le retour de Leonarda en France
>> Notre papier ici
12h49: Leonarda veut «revenir en France»
«Je ne veux pas vivre ici. Pour moi c'est un pays étranger. Je veux revenir en France, je veux rentrer chez moi», a déclaré la jeune fille.
12h48: Le père de Leonarda réagit
C'est «une catastrophe», a déclaré Resat Dibrani, le père de Leonarda. «C'était dur jusqu'à présent, mais ceci est une catastrophe. Nous ne baissons pas les bras. Mes enfants étaient intégrés en France, nous continuons le combat car mes enfants sont ici (ndlr: au Kosovo) des étrangers.»
12h45: Une réunion a eu lieu en secret ce matin à l'Elysée
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ainsi que les ministres de l'Intérieur et de l'Education, Manuel Valls et Vincent Peillon ont été reçus à l'Elysée ce samedi matin, a-t-on appris auprès de la présidence.
12h39: François Hollande va s'exprimer peu avant 13h
Le Président s'exprimera depuis l'Elysée avant 13 heures, sortant ainsi du silence qui lui était reproché depuis le début de l'affaire. Jusqu'ici, il était question que ce soir Manuel Valls qui prenne la parole. Il s'agira d'une «courte déclaration télévisée du président de la République», d'après une source présidentielle
12h14: «Proscrire» les interventions dans «le temps scolaire»
C'est l'une des recommandations du rapport rendu ce matin à Manuel Valls.
12h13: Les forces de l'ordre «n'ont pas fait preuve du discernement nécessaire»
Toujours selon le rapport d'enquête, les policiers ont manqué de discernement pendant l'interpellation de la jeune fille: «
Essentiellement focalisés sur l’objectif de parvenir à regrouper la famille et de ramener la jeune fille auprès de sa mère, l’attention des forces de l’ordre n’a pas été éveillée par le fait que Leonarda Dibrani se trouve dans un bus dans le cadre d’une sortie scolaire. Elles n’ont pas pris la mesure des enjeux que représenterait une intervention pour interrompre cette sortie. Elles n’ont pas considéré être dans le cadre des instructions interdisant toute interpellation dans des établissements scolaires ou à proximité de ceux-ci. En ce sens, elles n’ont pas fait preuve du discernement nécessaire.»
Avant de poursuivre: «Interrogés par la mission, les intervenants ont indiqué qu’ils se seraient refusés à pénétrer dans une enceinte scolaire ou dans le bus, et que d’ailleurs ils ne l’ont pas fait.»

12h11: L'expulsion de la famille de Leonarda est «conforme à la réglementation en vigueur»
C'est ce qu'affirme le rapport d'enquête sur l'affaire Leonarda, en ligne sur le site du ministère de l'Intérieur par ici. D'après le document, «la décision d'éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit».

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a reçu ce samedi matin le rapport de l'enquête administrative sur l'expulsion controversée de la collégienne Leonarda Dibrani après être rentré précipitamment des Antilles, a-t-on affirmé à l'AFP dans son entourage.

«Le rapport a été remis au ministre à 9h30 place Beauvau par Marc Abadie, chef du service de l'Inspection générale de l'administration (IGA), et Jean-Pierre Battesti, inspecteur général de l'IGA», a-t-on précisé de même source.

Le ministère de l'Intérieur s'exprimera «rapidement», le plus probablement dès samedi, sur les conclusions de l'enquête.