Mediapart peut laisser les enregistrements de Dassault en ligne

JUSTICE L'industriel et sénateur UMP de l'Essonne a été débouté...

avec AFP

— 

La Une de Mediapart après le jugement de la cour d'appel de Versailles
La Une de Mediapart après le jugement de la cour d'appel de Versailles — no credit

Mediapart peut laisser en ligne les enregistrements de Serge Dassault, qui constituent selon le site d'information une «preuve» de la corruption électorale à Corbeil-Essonnes (Essonne), a décidé ce vendredi le tribunal de grande instance de Paris.

L'industriel et sénateur UMP de l'Essonne, qui demandait en référé (procédure d'urgence) le retrait de ces enregistrements clandestins en invoquant une atteinte à la vie privée, a été débouté.

«Je ne peux plus rien sortir»

Mediapart a mis en ligne le 15 septembre trois enregistrements clandestins, datant de novembre 2012 selon le site, qui a indiqué en avoir remis une copie aux policiers enquêtant sur de possibles achats de votes.

On y entend l'avionneur de 88 ans, maire de 1995 à 2009, dire notamment: «Là, je ne peux plus rien donner. Je ne peux plus rien sortir, c'est interdit (...) Je suis surveillé par la police», «Moi, j'ai tout payé, donc je ne donne plus un sou à qui que ce soit. Si c'est Younès (ndlr: un homme soupçonné de tentative d'homicide), démerdez-vous avec lui».