Tanit: De «10 à 12 ans» de réclusion requis à l'encontre de trois Somaliens

JUSTICE «Jusqu'à l'assaut, ils ont conservé leurs armes à proximité» a souligné la représentante du ministère public...

avec AFP

— 

Illustration: L'entrée des magistrats et des jurés au Palais de justice de Paris.
Illustration: L'entrée des magistrats et des jurés au Palais de justice de Paris. — DURAND FLORENCE/SIPA

Le parquet général a requis ce vendredi de «10 à 12 ans» de réclusion à l'encontre de trois Somaliens accusés d'avoir pris en otages les occupants du voilier Tanit au large de la Somalie en 2009, au dernier jour de leur procès à Rennes.

L'avocat général Brigitte Ernoult-Cabot, qui n'a pas souhaité différencier les responsabilités des trois accusés, a requis une peine allant de «10 à 12 ans» à leur encontre, devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine.

Les trois pirates, poursuivis pour «détournement de navire par violence ou menace, arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de plusieurs personnes commis en bande organisée», encourent la perpétuité. L'un d'eux comparaît toutefois libre.

Des «exécutants»

Dans son réquisitoire, la représentante du ministère public a estimé que la responsabilité pénale des accusés, qui au cours du procès se sont présentés comme des «exécutants» poussés par la misère et manipulés par un donneur d'ordre, était pleinement engagée.

«On ne peut pas nier que leur volonté était de détourner le navire et de prendre des otages», a relevé Brigitte Ernoult-Cabot, soulignant que «jusqu'à l'assaut, ils ont conservé leurs armes à proximité».

Leur chef mort dans la prise d'otage

«Il n'y a pas de recrutement forcé, ils obéissent à une motivation, l'argent facile», a également noté la magistrate.

Mohamed Mahamoud, Abdelkader Osmane Ali et Mahamoud Abdi Mohamed, âgés de 26 à 31 ans, sont jugés depuis lundi à Rennes pour la prise en otages des cinq occupants de la Tanit du 4 au 10 avril 2009 au large de la Somalie.

Le skipper Florent Lemaçon avait été tué accidentellement par un militaire lors d'un assaut des commandos de marine, qui s'était également soldé par la mort des deux preneurs d'otages en chef.