Affaire Leonarda: Nouvelle mobilisation lycéenne, les résultats de l'enquête attendus ce vendredi

SOCIETE Jeudi, entre 2.500 et 7.000 personnes ont déjà manifesté dans les rues de Paris...

E.O. avec AFP

— 

Des lycéens manifestent à Paris pour réclamer l'arrêt des expulsions des  élèves scolarisés après celles de Leornarda et Khatchik. le 17 octobre  2013.
Des lycéens manifestent à Paris pour réclamer l'arrêt des expulsions des élèves scolarisés après celles de Leornarda et Khatchik. le 17 octobre 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Les lycéens redescendent dans la rue. Après une manifestation jeudi, qui a réuni 2.500 personnes selon la police, 7.000 selon la Fidl,  les lycéens ont prévu de se mobiliser à nouveau ce vendredi, veille des vacances de la Toussaint, et d'interdire une nouvelle fois l'accès à leurs établissements à partir de 8h.

>> Lire notre reportage dans la manifestation de jeudi

>> TÉMOIGNAGES - Vous avez participé à la mobilisation de jeudi? Vous songez y retourner aujourd'hui?

Expliquez-nous vos motivations et envoyez-nous vos photos et vidéos à reporter-mobile@20minutes.fr

Dans un entretien à Direct Matin, le ministre de l'Education Vincent Peillon dit «comprendre que les jeunes se mobilisent pour défendre des valeurs». Il leur demande toutefois «de trouver d'autres moyens pour s'exprimer» et les appelle «à retourner en cours».

Mélenchon dans la manifestation

Plusieurs organisations syndicales (étudiants, lycéens et parents) ainsi que le Réseau éducation sans frontière RESF ont appelé à une nouvelle manifestation parisienne, qui doit partir à 13h de la place de la Bastille, pour rejoindre la Nation. Jean-Luc Mélenchon a prévu d'y participer.

Manuel Valls était quant à lui loin de Paris, en déplacement aux Antilles pour parler lutte contre la délinquance. Une visite largement éclipsée par les protestations contre l'expulsion d'élèves étrangers.

La politique migratoire «doit être à la fois ferme et respectueuse du droit et des personnes», a répété le ministre sur Radio Caraïbes International.

Le gouvernement prendra ses «responsabilités»

Jean-Marc Ayrault a répété jeudi que le gouvernement prendrait ses «responsabilités» au vu des résultats, attendus ce vendredi, de cette enquête administrative. L'Elysée a de son côté fait savoir que les instructions ministérielles pourraient être «précisées» pour sanctuariser non seulement l'école mais aussi «le temps de la vie scolaire» si le rapport d'enquête sur l'expulsion de Leonarda Dibrani, le «recommandait».

La présidence juge par ailleurs «inacceptables certaines attaques» formulées contre le ministre de l'Intérieur Manuel Valls dans cette affaire et notamment les appels à sa démission. Le Parti de gauche, coprésidé par Jean-Luc Mélenchon, avait «exigé» mercredi sa démission, fustigeant un «acte ignoble» du ministre de l'Intérieur.

Les mensonges du père

Quant au père de Leonarda, Reshat Dibrani, il a reconnu auprès de l'AFP avoir menti aux autorités françaises sur les origines kosovares de sa famille, -dont la majorité des membres sont nées en Italie-, afin d'augmenter ses chances d'obtenir l'asile en France.

Des sources proches du dossier ont rapporté que cet homme de 47 ans avait eu des démêlés avec la justice pour des violences et de petits larcins. Selon une autre source, le jeune majeur arménien expulsé est également connu de la police pour des faits délictuels non précisés.