Khatchik, lycéen arménien expulsé, une autre affaire Leonarda

EXPULSIONS Les lycéens profitent de l'«affaire Léonarda» pour évoquer un jeune Arménien expulsé et menacé de prison dans son pays...

Aurélie Delmas

— 

Manifestation de lycéens à Paris le 17 septembre 2013
Manifestation de lycéens à Paris le 17 septembre 2013 — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

En parallèle de ce qu'il est désormais convenu d'appeler l'«affaire Léonarda», une autre expulsion de jeune suscite l'émotion et la mobilisation de centaines de lycéens. Samedi 12 octobre, Khatchik Kachatryan, 19 ans, élève au lycée professionnel Camille-Jenatzy dans le 18e arrondissement de Paris, a été expulsé vers l'Arménie.

«Il était gentil, il ne faisait pas de bêtise», témoigne un de ses camarades de classe sur France Info.

En pleine affaire Leonarda, le député-maire PS du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant, a rendu public mercredi un courrier à Manuel Valls dans lequel il demande au ministre de l'Intérieur de «réétudier le dossier» du lycéen et «d'envisager son retour en France» pour la fin de sa scolarité.

«Activités politiques du père»

Selon les éléments fournis par Daniel Vaillant, Khatchik est arrivé en France avec ses parents et sa soeur en février 2011. Leurs demandes d'asile politique ont été rejetées en mars 2012, décision confirmée en janvier 2013 après un recours administratif. D'après Le Figaro, Khatchik Kachatryan, qui vivait à Saint-Denis, a été arrêté le 19 septembre «pour un vol commis aux Halles». Sans papiers, il aurait alors été conduit au centre de rétention de Vincennes.

Une première tentative d'expulsion aurait été avortée au dernier moment le 10 octobre, le commandant de l'avion refusant de décoller, selon le site d'information.

Toute sa famille est restée en France, «ses parents, sa sœur, son oncle et sa tante mais aussi des cousins», détaille RESF, qui ajoute: «Ils ont fui l'Arménie parce qu'ils étaient menacés à cause des activités politiques du père».

Menacé de prison

«Il a été séparé de sa famille, ses études sont stoppées, aujourd'hui il se demande s'il ne va pas aller en prison dans son pays, il va être enrôlé de force dans l'armée pendant deux ans et on sait que là-bas il y a parfois des opérations de guerre», a déclaré à l'AFP Dante Bassino, représentant de RESF et de CGT Educ'action. Selon RESF, le lycéen a été incarcéré à son arrivée en Arménie avant d'être relâché. Il devrait être enrôlé pour effectuer son service militaire début novembre.

Khatchik Kachatryan encourt même une peine de 3 à 5 ans de prison pour ne pas avoir effectué son service militaire en Arménie, alors qu'il résidait en France au moment de ses 18 ans. «Il serait donc sous le coup d'une législation sévère avec les déserteurs dans son pays d'origine», ajoute Daniel Vaillant.

Selon RESF, il s’agissait du cinquième jeune majeur (18-21 ans) scolarisé à être expulsé depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir en 2012. En 2011, seuls deux jeunes majeurs scolarisés avaient été expulsés, dont un était revenu rapidement avec un visa en règle.