Toulouse: Condamné à 2 ans ferme pour l'agression de trois pompiers

JUSTICE C'est un renseignement anonyme qui a mis les policiers sur la trace du prévenu...

20 Minutes avec AFP
— 
Un pompier intervient sur une conduite de gaz à Toulouse.
Un pompier intervient sur une conduite de gaz à Toulouse. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Le tribunal  correctionnel de Toulouse a condamné ce mercredi à deux ans de prison ferme  le jeune homme de 21 ans jugé pour sa participation présumée à  l'agression de trois pompiers en intervention dans un quartier sensible  en août.

Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public qui  avait réclamé deux années d'emprisonnement ferme contre Bellile Diab. «A cause de lui, ils ont failli à leur mission ce jour-là», a  dit le représentant du ministère public, Bernard Lavigne, en parlant du  prévenu et des hommes du feu que l'agression avait empêchés de porter  secours à une vieille dame.

 

L'un des pompiers avait reçu un coup de pied au visage alors  qu'il tentait de ramasser sa radio projetée au sol par un premier coup  de pied. Ces violences avaient suscité un vif émoi au point qu'encore  récemment le ministre de l'Intérieur Manuel Valls les dénonçait devant  le 120e congrès des sapeurs-pompiers à Chambéry.

Actes commis en bande

Bellile Diab, cuisinier de formation, et et habitant le quartier  sensible  du Mirail, répondait seul de ces  faits pourtant commis en bande. Un renseignement anonyme a mis les  policiers sur la trace du prévenu, mais les enquêteurs ont été largement  déçus dans leur espoir de voir la gravité de l'affaire convaincre les  habitants de rompre la loi du silence pour leur livrer d'autres  protagonistes.

La victime finalement transportée par ses proches

Les violences avaient suscité d'autant plus d'émoi au coeur  de l'été  que les trois secouristes, molestés et caillassés, n'avaient pu  mener à  bien leur mission: face au retard des secours, les proches de  la  septuagénaire s'étaient résolus à la transporter eux-mêmes aux   urgences.

Encore récemment, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls,   condamnait l'incident devant le 120e congrès des sapeurs-pompiers, à   Chambéry: «Je n'accepte pas que les sapeurs-pompiers, que nos soldats du   feu, soient pris pour cibles par des individus souvent lâches et qui   auraient tant à apprendre d'eux, comme ce fut le cas cet été à   Toulouse». Dans la soirée du 3 août, deux hommes sur un scooter avaient,  pour  des raisons encore obscures, volontairement barré la route du  véhicule  des trois secouristes à proximité des lieux prévus de leur   intervention. Selon l'avocat des pompiers, un dialogue de sourds s'était  alors  engagé tandis qu'une vingtaine de jeunes, à visage découvert, se   regroupaient autour des secouristes. Les invectives avaient débouché sur   des violences physiques.

7 ans de prison et 100.000 euros d'amende

L'un des pompiers avait reçu un coup de pied au visage alors  qu'il  tentait de ramasser sa radio projetée au sol par un premier coup  de  pied.

Les pompiers avaient rebroussé chemin en attendant une  escorte  policière pour secourir la dame âgée. Les forces de l'ordre et  les  pompiers avaient été caillassés, une pierre endommageant le  pare-brise,  pourtant renforcé, du véhicule des pompiers.

Le prévenu est poursuivi pour violences volontaires sur  personne  dépositaire de l'autorité publique et entrave aux mesures  d'assistance.  Ce second délit est passible de sept ans de prison et  100.000 euros  d'amende. L'homme, qui selon son avocat reconnaît une  partie des faits  qui lui sont reprochés, est connu des policiers et des  gendarmes pour  des cambriolages, des vols de véhicule et infraction à la  législation  sur les stupéfiants.