EN DIRECT. Expulsion de Leonarda: «S'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé», annonce Ayrault

E.O. avec AFP

— 

Manuel Valls, le 11 octobre 2013, près de Chambéry.
Manuel Valls, le 11 octobre 2013, près de Chambéry. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
Ce live est maintenant terminé, nous vous remercions de l'avoir suivi.

19h33: Chevènement soutient Manuel Valls
«Manuel Valls est un atout pour la gauche, on devrait respecter la difficulté de son travail. Ne pas avoir un minimum de fermeté dans l'application de la loi, c'et faire le jeu du FN", a assuré Jean-Pierre Chevènement sur BFMTV.


18h22: Accoyer estime qu'il ne faut pas faire d'exception
Dans les couloirs de l'Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), ancien président de l'Assemblée a réagi : «Ceux qui sont chargés de les faire respecter sont les préfets et les forces de l'ordre, et la justice est là pour leur donner des directives. C'est exactement ce qui s'est déroulé. Si on commence par faire des exceptions, c'est peut-être un peu dur de le dire, on ne maîtrisera plus rien (...) Les lois françaises sont les plus généreuses du monde (...) Le ministre de l'Intérieur est chargé de faire respecter les lois, il n'est pas là pour sanctionner les représentants de l'Etat, les préfets qui dans les départements font appliquer la loi.»

17h41: Daniel Vaillant demande que le dossier du jeune arménien expulsé soit réexaminé
En pleine affaire Leonarda, le député-maire PS du 18e arrondissement de Paris, Daniel Vaillant, a rendu public mercredi un courrier à Manuel Valls dans lequel il demande au ministre de l'Intérieur de «réétudier le dossier» d'un lycéen arménien expulsé le week-end dernier.
Agé de 19 ans, Khatchik Khachatryan, scolarisé au lycée professionnel Camille-Jenatzy, dans le18e, a été expulsé samedi vers l'Arménie. Par solidarité, plusieurs centaines de lycéens parisiens ont manifesté mercredi devant le rectorat de Paris (20e), à l'appel notamment du syndicat lycéen Fidl et du Réseau éducation sans frontières (RESF).

17h10: pour un proche de Valls, le retour de Leonarda serait un «mauvais signal» selon une vidéo de Public Sénat

Dans une vidéo à voir sur le site Internet de Public Sénat, publicsenat.fr, le sénateur PS Luc Carvounas, proche de Manuel Valls, affirme que le retour de la jeune rom kosovar « serait un très mauvais signal », qui «continuerait à nourrir le populisme».
 

15h33: Le préfet du Doubs n’était pas informé de la situation, selon le député Alauzet
Selon le député de la circonscription où résidait la jeune fille, Eric Alauzet (EELV). «Le préfet n'a pas été informé de la situation, donc c'est difficile de le mettre en cause», a-t-il expliqué à la presse, en racontant les circonstances de l'expulsion. «C'est un dérapage dans des conditions fortuites. Les fonctionnaires de police n'ont pas pris la bonne décision au bon moment, ils auraient dû en référer à leur hiérarchie», a-t-il jugé.
 
15h22: La FIDL, syndicat lycéen, réclame le retour de Léonarda
Ainsi que celui de Khatchit, un lycéen parisien de 19 ans expulsé vers l'Arménie. La FIDL appelle «l'ensemble des lycéens à se mobiliser dès demain matin (jeudi) sur leur lycée, partout en France»  et «donne rendez-vous à 12h» à Nation (Paris).

15h20: Pierre Laurent (PCF) pour «l'interdiction des expulsions de jeunes mineurs ou majeurs scolarisés» .
15h06: «S'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé  et cette famille reviendra», annonce Jean-Marc Ayrault
Le Premier ministre attend les résultats de l'enquête administrative ouverte ce mercredi dans les «48 heures».
«Je tiens à vous dire que je suis très attaché au principe du droit (...). La base de l'Etat républicain, c'est le droit, mais c'est aussi l'humanité et la fraternité», souligne Jean-Marc Ayrault . Le chef du gouvernement rappelle que la loi «n'autorise pas que des enfants soient arrêtés dans l'enceinte scolaire» ou dans le cas de «déplacements scolaires»

.
15h01: «Le préfet n'a fait qu'appliquer la loi», lance Christian Jacob à Jean-Marc Ayrault
Le chef des députés UMP s'étonne des interventions à gauche pour s'indigner du cas de Léonarda, citant celles de Claude Bartolone et de «membres du gouvernement».

15h: Le chef de file des députés UMP Christian Jacob doit poser une question sur l'affaire Léonarda lors des questions au gouverment. La séance doit commencer sous peu.

14h25: Manuel Valls «fissure le pacte républicain», juge Rachida Dati
 «Même si je ne connais pas le fond de cette affaire et les modalites d'exécution de la décision d'expulsion, une chose est sûre: la droite n'a jamais interpellé d'enfants à la sortie des écoles ou dans un cadre scolaire pour faire expulser une famille», a déclaré Rachida Dati à l’AFP.
 «Ce qu'a autorisé Manuel Valls est indigne», a-t-elle insisté. «Il va au-delà du pacte républicain. Il faut arrêter de le comparer à Nicolas Sarkozy. Jamais l'ancien président n'a fait appliquer la loi de cette façon», a-t-elle ajouté. Pour elle, «toute décision d'expulsion doit être exécutée dans le respect de la dignité des personnes. C'est cela l'état de droit! A vouloir trop en dire sans jamais faire, Manuel Valls fissure notre pacte républicain et la confiance dans notre Etat de droit».
 
14h15: Pour Ségolène Royal, «manifestement, la loi a été respectée»
L'«enquête le dira», précise la présidente de Poitou-Charentes, qui estime que «les recours que cette famille pouvait adresser à la justcie ont été épuisés».
«Les valeurs de la gauche, c'est aussi le respect de la loi», explique-t-elle encore dans l'émission Questions d'info (LCP- AFP - Le Monde)

.
13h42: Eduardo Rihan-Cypel évoque des «relents de sarkozysme»

L'un des porte-parole du PS, Eduardo Rihan-Cypel, a estimé mercredi qu'il y avait des «relents de sarkozysme au sein d'un certain nombre d'administrations», en réagissant à l'expulsion d'une collégienne kosovare en sortie scolaire.

«Il est important que le ministre de l'Intérieur ait déclenché une enquête administrative», a déclaré Eduardo Rihan-Cypel, député de Seine-et-Marne, dans les couloirs de l'Assemblée.

 

13h14: Les écolos demandent le réexamen du dossier de la famille de Leonarda
Les coprésidents du groupe écologiste à l'Assemblée, Barbara Pompili et François de Rugy, ont réclamé mercredi un réexamen du dossier de la famille de la collégienne kosovare expulsée «en vue d'un retour rapide», condamnant «fermement les explications du ministère de l'Intérieur».

13h10: «Ici on dort sur des bancs», raconte Leonarda, qui dit vouloir «revenir en France»
La jeune fille, expulsée au Kosovo le 9 octobre, a livré son témoignage au micro de France Inter: «J'avais honte, j'avais mal au coeur. Je veux retourner à l'école. Ici, on dort sur des bancs», confie l'adolescente de 15 ans, qui dit vouloir «revenir en France».


12h55: Le MJS demande «un changement de cap en matière de politique migratoire»
Dans une tribune publiée sur le Huffington Post, Thierry Marchal-Back, le président des Jeunes socialistes revient sur l’expulsion de la jeune Léonarda, qui est selon lui «pas une erreur» mais un «révélateur». «La politique du chiffre imposée lors de la triste époque Guéant-Hortefeux-Besson-Sarkozy n'a été abandonnée qu'en apparences», écrit le chef du MJS qui note qu’il pourrait y avoir «un peu plus de 30 expulsions par jour» jusqu’à la fin 2013.
«C'est en ayant conscience de cette réalité là que l'on comprend un peu mieux l'absence d'excuses sur le fait d'aller chercher une enfant dans un bus scolaire», poursuit-il. «Au delà de l'indignation légitime de la situation de Léonarda c'est bien un changement de cap en matière de politique migratoire qui s'avère nécessaire». «Le changement, conclut-il, c'est assumer nos valeurs et ce que nous sommes: de gauche.»
 
12h35: Le PCF dénonce une «abomination»
 L’arrestation de Léonarda «est révoltante», s'indigne le parti de Pierre Laurent dans un communiqué. «Même la droite, qui pourtant ne prenait pas de gants avec les reconduites aux frontières des étrangers, n'avait jamais osé s'en prendre à des enfants pendant leur temps d'activité scolaire». «Le PCF condamne avec la plus grande fermeté cette abomination. La ligne rouge est franchie», conclut le texte.
Le communiqué ne demande cependant pas le départ du ministre, au contraire de Marie-Pierre Vieu, dirigeante communiste en charge des relations avec le Front de gauche.
.
12h30: Eric Ciotti, le «monsieur sécurité» de l'UMP est «stupéfait» par le débat .
12h20: Hollande veut «y voir plus clair avant de commenter les faits»
C'est ce qu'a indiqué Najat Vallaud-Belkacem la porte-parole du gouvernement.

Précisant que «l'affaire n'avait pas été évoquée» en Conseil des ministres mais lors d'une conversation entre le président, le Premier ministre et elle-même, Najat Vallaud-Belkacem a relevé qu'«il y a des divergences d'appréciation sur la façon dont les choses se sont réellement passées».


12h05: Léonarda «doit pouvoir revenir dans sa classe» en attendant l'enquête, dit Harlem Désir
«Aujourd'hui, le gouvernement demande une enquête administrative urgente, c'est un premier pas. En attendant, Leonarda doit pouvoir revenir dans sa classe», a dit le premier secrétaire du PS à l'AFP, en rappelant que la décision avait été prise au niveau de la préfecture du Doubs.

Les réactions politiques en vidéo:



11h56: Peillon demande qu'on «sanctuarise l'école»
«Il y a des règles de droit et puis il y a des principes qui sont ceux de la France. La sortie scolaire, c'est de la scolarité», a déclaré le ministre de l'Education devant la presse, à l'issue du conseil des ministres à l'Elysée. Vincent Peillon demande «qu'on n'intervienne pas lorsqu'il y a scolarité, qu'on sanctuarise l'école, qu'on garde nos principes de droits et nos principes d'humanité à l'avenir». «Je souhaite que ce genre de situation ne se renouvelle pas», a-t-il prévenu.

11h55: Le Défenseur des Droits a indiqué ouvrir une enquête sur l'expulsion de Léonarda
Le Défenseur des droits, qui s'est autosaisi de cette question après avoir obtenu l'accord de la famille de l'adolescente, auditionnera toutes les parties concernées afin de vérifier les faits puis formulera son avis et éventuellement des recommandations, d'ici à quelques semaines.
11h50:  «Rendons Valls à Le Pen», dit Jean-Luc Mélenchon .
11h47: Le Parti de gauche «exige la démission» de Valls
«Le ministre de l'Intérieur a justifié cet acte ignoble dans un communiqué. Le préfet n'est donc pas seul en cause mais met en oeuvre les consignes données par son ministre.  Trop c'est trop», écrit le PG dans un communiqué.

Manuel Valls a annoncé ce mercredi ouvrir une «enquête administrative» sur les conditions d'expulsion de Léonarda, une collégienne kosovarearrêtée dans le Doubs lors d'une sortie scolaire.

«Nous avons besoin que le droit s'applique», a-t-il également lancé, dénonçant une «polémique stérile et inutile» et invitant «chacun à garder son sang froid». «Ceux qui n'ont pas vocation à rester dans notre pays doivent être reconduits», a poursuivi Manuel Valls, qui a rappelé l'existence de sa circulaire, établie en novembre 2012.

Selon le ministre, qui dit «comprendre toutes les émotions» suscitées par l'arrestation de la jeune fille,  sa reconduite à la frontière «s'est déroulée dans le respect du droit et le respect des personnes».

L'interpellation a engendré une vague de critiques, notamment au sein du Parti socialiste.