Ondes: Robin des Toits «déçu» par le rapport de l'Agence sanitaire

ONDES Mardi, l'Anses a souligné qu'il n'y avait pas d'effet avéré sur la santé...

avec AFP

— 

Le Wimax est une technologie sans fil hertzienne fonctionnant grâce à des ondes radio.
Le Wimax est une technologie sans fil hertzienne fonctionnant grâce à des ondes radio. — J. DE CROW / AP / SIPA

Etienne Cendrier, porte-parole de l'association Robin des Toits, s'est dit «déçu» par le rapport de l'agence sanitaire, publié mardi, sur l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé, regrettant que le principe de précaution ne soit pas appliqué. «Nous sommes très déçus par ce rapport qui nous parait plus politique que scientifique», a-t-il déclaré à la presse à l'issue de la présentation de l'avis de l'agence nationale sanitaire (Anses).

Pas «d'effet avéré» sur la santé

Dans son nouvel avis, l'Anses affirme que l'exposition aux ondes électromagnétiques peut provoquer des modifications biologiques de l'organisme mais que les données scientifiques disponibles ne montrent pas «d'effet avéré» sur la santé. «Un effet avéré, cela veut dire prouvé, on est alors dans la prévention», a commenté Etienne Cendrier. «Là, on a des effets biologiques, on est dans un débat scientifique mais quand on a un débat scientifique, on devrait appliquer le principe de précaution», a-t-il ajouté.

Limiter l'exposition aux ondes pour les enfants

L'Anses a néanmoins recommandé de limiter l'exposition aux ondes, en particulier celles des téléphones mobiles, surtout pour les enfants et les utilisateurs intensifs. Le porte-parole de Robin des Toits a déploré le manque d'études sur l'impact du déploiement, en cours, de la technologie 4G, qui va permettre d'avoir sur des smartphones des débits internet comparables à ceux d'une ligne fixe.«Depuis 2009, nous avons demandé que soit étudié l'impact de la 4G avant son déploiement, histoire de ne pas prendre la population comme cobaye», a poursuivi Etienne Cendrier «Là, on est en 2013, la technologie est en train d'être lancée et il n'y a toujours pas d'étude d'impact sanitaire», a-t-il déploré.

Rien sur la 4G

Pour le responsable de Robin des Toits, «l'agence ne fait pas son boulot, elle accompagne le déploiement commercial de cette technologie». «D'un côté, elle nous dit qu'il faut réduire l'exposition et d'un autre l'agence ne dit rien sur la 4 G qui va augmenter l'exposition», a-t-il regretté. Interrogé sur la focalisation du débat public sur les antennes relais, le porte-parole de Robin des Toits a indiqué: «la législation est faite sur les antennes-relais à la base, c'est donc cela qui a focalisé le débat mais il y a beaucoup d'autres objets communicants comme le wifi, le téléphone sans fil, les tablettes, les consoles Wi, et tous ces objets exposent notamment les enfants».