Les musulmans fêtent l’Aïd-el-Kébir

avec AFP

— 

Un musulman choisit un mouton dans un élevage, à l'occasion de l'Aïd-el-Kébir, le 8 décembre 2008 à Bourg-en-Bresse.
Un musulman choisit un mouton dans un élevage, à l'occasion de l'Aïd-el-Kébir, le 8 décembre 2008 à Bourg-en-Bresse. — F. DUFOUR / AFP

Alors que des centaines de milliers de musulmans font le Hadj, le pèlerinage à la Mecque, les musulmans du monde entier fêtent ce mardi l’Aïd-el-Kébir, l’une des fêtes les plus importantes de l’islam.

Cette fête commémore le sacrifice d'Ibrahim. Selon le Coran, celui-ci s'apprêtait à obéir à un commandement divin en sacrifiant son fils. Mais l'ange Gabriel le remplaça par un mouton. Une soumission à Dieu qui vaut à Ibrahim d'être considéré comme le premier des musulmans, et qui est célébrée en égorgeant un mouton.

 

En France, à l'occasion de l'Aïd, les autorités autorisent chaque année la mise en place d'abattoirs mobiles pour les 3,5 millions de musulmans de France, afin d'éviter les abattages clandestins, interdits par la loi. Selon le Conseil français du culte musulman, 130.000 à 135.000 agneaux sont abattus pour l'occasion et 4.000 à 4.500 veaux - qui ont la préférence de la communauté turque, a indiqué à l'AFP le porte-parole du CFCM Abdallah Zekri.

Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, ont participé mardi matin à une célébration de la fête de l'Aïd à la Mosquée de Paris, en présence de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée et président du Conseil français du culte musulman. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, était également là.