Un adolescent toulousain risque gros pour avoir braqué un laser sur des avions

FAIT DIVERS Le jeune garçon risque une forte amende et même une peine de prison...

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration police nationale.
Illustration police nationale. — Vincent Wartner/20 Minutes

Un adolescent  toulousain de 15 ans, interpellé ce week-end  pour avoir braqué un rayon  laser sur des avions préparant leur  atterrissage à Toulouse-Blagnac,  risque une forte amende et même une  peine de prison, a-t-on appris de  source judiciaire lundi.

Repéré et arrêté samedi soir, le jeune garçon a été entendu  par la  gendarmerie du transport aérien (GTA) avant d'être remis à ses  parents.

Le parquet décidera de la suite judiciaire à donner après  avoir  déterminé «les caractéristiques de l'arme et les conditions dans   lesquelles le garçon est entré en sa possession», a déclaré à l'AFP le   procureur de la République de Toulouse, Michel Valet.

Danger pour le pilote

«On prend ces affaires très au sérieux pour éviter qu'elles se développent», a ajouté le magistrat.

Les avions sont de plus en plus souvent visés par des lasers  dans le  monde, le plus fréquemment par jeu. Plusieurs précédents ont  déjà été  recensés à Toulouse ces dernières années, tandis que plusieurs  dizaines  de cas ont été recensés par des pilotes d'Air France sur les   principaux aéroports français.

Samedi à Toulouse, deux pilotes de compagnies différentes ont   successivement signalé qu'ils étaient visés par un rayon laser vert,   susceptible de brûler la rétine et particulièrement dangereux pour un   pilote en phase d'atterrissage. Ils ont localisé l'origine du rayon à   Bellefontaine, dans le quartier sensible du Mirail.

Six mois d'emprisonnement   et 7.500 euros d'amende

La police toulousaine saisie par la GTA a dépêché sur place  une  équipe de la Brigade anticriminalité (BAC) qui a fini par repérer un   adolescent de 15 ans  dirigeant un laser vert en direction du ciel au  pied d'un des grands  immeubles du quartier, a-t-on précisé de source  policière.

Ces appareils ressemblant à de simples stylos sont  habituellement  utilisés par des professionnels pour mener une conférence  ou dans des  planétariums. Mais les lasers manipulés par les pointeurs  d'avions  affichent une puissance largement supérieure. Non homologués en  France,  ils sont disponibles pour quelques dizaines d'euros sur le Net.  Ces  appareils font partie de la classe III des lasers et ont une portée  de  plusieurs kilomètres.

Depuis le 1er juillet, la loi punit l'achat, la détention ou   l'utilisation des appareils de cette classe de six mois d'emprisonnement   et 7.500 euros d'amende. «Si on retient la mise en danger d'autrui   contre l'auteur des faits, cela peut aller encore plus loin», a précisé   le procureur de Toulouse.

L'auteur, ayant moins de 16 ans, bénéficierait toutefois  d'une  «atténuation de responsabilité» qui devrait réduire la peine  éventuelle  de moitié, selon  le code pénal.

Le journal La Dépêche du Midi, qui évoque l'affaire lundi,  indique  que «les compagnies Air France et EasyJet ont déposé plainte».