Bernard Tapie visé par une information judiciaire pour «fraude fiscale»

Vincent Vantighem

— 

Bernard Tapie sur le plateau du JT de France 2 le 1er juillet 2013 (capture d'écran).
Bernard Tapie sur le plateau du JT de France 2 le 1er juillet 2013 (capture d'écran). — 20 MINUTES

Les mois se suivent et les enquêtes concernant Bernard Tapie se succèdent. Une information judiciaire pour «fraude fiscale» a été ouverte le 13 septembre, a appris 20 Minutes auprès d’une source judiciaire, confirmant une information révélée par Le Monde.

Confiée à un juge d’instruction du pôle financier, cette information judiciaire «fait suite à une plainte déposée par le ministère de l’Economie et des Finances cet été», nous a confié notre source. «Bercy suspecte l’homme d’affaires de vouloir répartir des fonds à l’étranger, dans diverses structures opaques, afin d’échapper aux poursuites fiscales en France», assure de son côté Le Monde.

Près de 30 millions d’impôts à régler?

Après la saisie conservatoire de ses biens dans le cadre de l’enquête menée sur l’arbitrage controversé Crédit Lyonnais / Adidas, Bernard Tapie avait saisi, cet été, le tribunal administratif pour échapper au règlement des sommes réclamées par le fisc. Mais la justice l’a débouté et l’a sommé de payer «15.709.864 euros au titre des années 1989 à 1991, et un avis à tiers détenteur émis en vue de recouvrer la somme de 13.026.574 euros», selon Le Monde.

Contacté par 20 Minutes, Bernard Tapie n’était pas disponible dans l’immédiat. Il a dénoncé des «mesures d'intimidation» auprès de l'AFP. «C'est probablement la réponse de Bercy à la plainte en concussion» qu'il a déposée contre le fisc, «motivée par des saisies opérées sur les comptes de ma femme et de moi-même et relatives à des impôts entre 1989 et 1991», a ajouté l'homme d'affaires. La concussion est le fait pour un agent public de percevoir indument de l'argent.