Il cambriolait des banques avec un hameçon maison: 30 mois ferme

VOL Avec un simple fil et une plaque métallique...

avec AFP

— 

Le bijoutier qui a tué jeudi un braqueur à Sézanne (Marne), avait une "autorisation préfectorale" de détention d'arme, et l'enquête dira s'il a agi "en état de légitime défense", a déclaré vendredi le procureur de Châlons-en-Champagne.
Le bijoutier qui a tué jeudi un braqueur à Sézanne (Marne), avait une "autorisation préfectorale" de détention d'arme, et l'enquête dira s'il a agi "en état de légitime défense", a déclaré vendredi le procureur de Châlons-en-Champagne. — Philippe Huguen AFP

Un homme de 65 ans, interpellé alors qu'il tentait de harponner des enveloppes dans une banque avec un fil et une plaque métallique, a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Lille à 30 mois de prison, a-t-on appris de sources concordantes.

Soupçonné d'avoir fait plus de 80 victimes depuis mai, principalement des commerçants, pour un préjudice évalué à 120.000 euros, il avait été interpellé par les gendarmes en flagrant délit dans la nuit de lundi à mardi, à minuit, après avoir réussi à s'introduire dans une banque à Cysoing (Nord) en forçant le sas, a expliqué à l'AFP une source policière.

Il opérait en utilisant un système d'hameçonnage «rudimentaire», qui lui permettait de puiser au fond des boîtes aux lettres des enveloppes qui contenaient des chèques et de l'argent liquide, dans plusieurs enseignes bancaires autour de Lille et dans le département du Nord, selon cette même source.

Il arrête car il s'est blessé

Jugé mercredi après-midi en comparution immédiate, cet homme de nationalité congolaise a été condamné à 30 mois de prison, dont 18 mois pour vols et 12 mois pour usurpation d'identité, et placé sous mandat de dépôt, a indiqué Me Emmanuel Riglaire, qui défend une banque victime.

Le prévenu «allait à la pêche avec un long filin de fer au bout duquel il accrochait une plaque métallique qu'il couvrait intégralement de papier collant», a décrit l'avocat.

Après plusieurs vols commis entre mai et juillet dans une vingtaine de banques, les enquêteurs de la Sûreté départementale du Nord avaient perdu sa trace, selon des sources policières.

L'homme avait cessé de perpétrer ses larcins en juillet après s'être vraisemblablement blessé, d'après une de ces sources, ce qui a permis son identification grâce à l'ADN.

Plan de prévention

Les banques avaient été mises en alerte, ce qui a permis l'interpellation du «papy braqueur» quand il a recommencé à agir début octobre, ont ajouté les sources policières.

Connu de la police et de la justice pour des faits d'escroquerie et des vols simples sous diverses identités, dans la métropole lilloise et en Belgique, il avait été identifié grâce à son ADN et aux images de vidéosurveillance, a précisé une source policière.

Un plan de prévention a été mis au point afin d'améliorer la sécurité de ces endroits très feutrés et connus des initiés, a précisé une autre source policière, en liaison avec les banques. Il «se met progressivement en place».