Jean-Luc Romero dénonce des menaces de mort homophobes sur Twitter

JUSTICE Le militant pour les droits des homosexuels réclame une réaction du réseau social et de plusieurs ministres...

A.D.

— 

Illustration: Page d'accueil du réseau social Twitter.
Illustration: Page d'accueil du réseau social Twitter. — LOIC VENANCE / AFP

Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, conseiller régional apparenté PS, et militant de longue date pour le droit des homosexuels, a annoncé ce mercredi avoir saisi le procureur de la République pour des insultes homophobes et des menaces de mort sur Twitter.

 Six comptes Twitter sont concernés. Dans le communiqué, publié sur son blog, Jean-Luc Romero cite en exemple des internautes qui évoquent «une lapidation de l’immonde Romero en place publique», le traitent de «saloperie», de «sangsue», de «parasite», de «pourriture qui mériterait d’être pendue».

Des propos extrêmement virulents que le militant vit comme un «acharnement homophobe». Selon lui, ces attaques se sont aggravées depuis son mariage avec son compagnon.


«Détestables opinions»

«Les personnes trouvant dans l’anonymat des réseaux sociaux un parfait défouloir à leurs détestables opinions», estime Jean-Luc Romero.

Une situation exacerbée par le «débat sur le mariage pour tous» qui a eu lieu ces derniers mois, estime-t-il.

Jean-Luc Romero a donc décidé de saisir Manuel Valls, ministre de l’intérieur, Christine Taubira, garde des Sceaux, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits de femmes et porte-parole du gouvernement, espérant une réaction de leur part. Il souhaiterait d'autre part que l'entreprise Twitter lutte «contre ces dérives» car, «elle doit prouver que les réseaux sociaux ne sont pas le Far West».