Un baiser entre deux ados ébranle le web marocain

Vincent Vantighem

— 

Capture d'écran de la photo de deux jeunes adolescents s'embrassant qui crée le scandale au Maroc.
Capture d'écran de la photo de deux jeunes adolescents s'embrassant qui crée le scandale au Maroc. — 20 Minutes

La photo est floue. Presque banale. Elle met en scène deux ados s’embrassant amoureusement dans une rue marocaine. Depuis la semaine dernière, ce cliché posté sur le réseau social Facebook met le web marocain en émoi. Car le jeune homme et la jeune femme, ainsi que leur copain qui a pris la photo, ont été arrêtés. Agés de 14 et 15 ans, les jeunes ont été placés en garde à vue dans un centre pour mineurs avant d’être relâchés.

C’est une association qui a déposé plainte. Mais dépassé par le phénomène, «l’organisation pour les droits de l’homme et les libertés individuelles» (sic) a finalement retiré sa plainte et demandé la libération des ados tout en essayant de se justifier. Selon son président, le but de la plainte n’était pas d’inquiéter les adolescents mais de s’assurer que la photo en question ne provenait pas d’un réseau pédophile.

Réunis sous le vocable #FreeBoussa

Trop tard. Comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux, la photo a déclenché un énorme mouvement de soutien dans le pays. Réunis sous le mot-dièse #FreeBoussa (baiser libre en anglais-arabe), les internautes continuent à poster des photos de baiser sur le réseau Twitter.

 

Sur Facebook, le phénomène a conduit à la création d’une page spéciale où les gens sont invités à aller s’embrasser devant l’ambassade du Maroc à Paris. «La police marocaine a arrêté tous les malfrats, voleurs, fraudeurs, terroristes de ce pays, la sûreté au Maroc est totale. Il ne reste plus que le danger que représentent deux gamins qui s'embrassent ...», peut-on y lire.