Des policiers recherchent le corps de Fiona, le 27 septembre à Aydat (Puy-de-Dôme).
Des policiers recherchent le corps de Fiona, le 27 septembre à Aydat (Puy-de-Dôme). — AFP PHOTO / THIERRY ZOCCOLAN

ENQUETE

Disparition de Fiona: Le juge veut entendre la mère et le beau-père avant de reprendre les recherches

Le beau-père de la fillette «était encore sous l'emprise des stupéfiants» lors des recherches, selon le procureur...

Les recherches pour retrouver le corps de Fiona, morte et enterrée dans une forêt près de Clermont-Ferrand, selon les aveux de sa mère et de son concubin, reprendront dès que le couple aura été entendu par les juges d'instruction, a assuré vendredi le parquet.

«J'ai toujours dit que les recherches avaient été suspendues parce que les juges d'instruction voulaient en préalable procéder à un interrogatoire au fond, précis et complet des deux mis en examen», a déclaré le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Sennès.

Il était appelé à réagir aux rumeurs selon lesquelles Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf auraient menti et pourraient n'avoir jamais enterré la fillette de cinq ans dans cette zone, ce qui expliquerait la suspension des fouilles.

Maklouf «sous l'emprise des stupéfiants» pendant les recherches

Lors de leur garde à vue, la mère de Fiona et son concubin avaient expliqué avoir enterré la fillette nue, en présence de sa petite soeur, à la «lisière d'une forêt» près de Clermont-Ferrand. Des fouilles ont eu lieu la semaine dernière, en présence de Cécile Bourgeon, puis le lendemain de Berkane Makhlouf. Mais sans succès.

«Etant toxicomane, Berkane Maklouf était encore sous l'emprise des stupéfiants et avait reçu son traitement de substitution mais il n'était pas dans des conditions favorables pour être très précis dans sa recherche», a observé le magistrat.

«Avant de poursuivre les recherches, il faut passer par cette étape procédurale indispensable, reprendre des auditions complètes cette fois-ci par le juge d'instruction», a-t-il martelé, ajoutant que le couple pourrait «être entendu rapidement».

Marches blanches

Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont avoué que Fiona n'avait pas disparu alors que sa mère sommeillait sur un banc dans un parc comme ils l'avaient soutenu pendant des mois, mais qu'elle était morte et qu'ils l'avaient enterrée dans une forêt. Cécile Bourgeon a accusé son compagnon d'avoir frappé la fillette. Tous deux sont en détention provisoire.

Plusieurs marches blanches sont organisées dimanche dans toute la France à la mémoire de la petite Fiona.