Paris 2014: Anne Hidalgo propose un «pacte» pour le logement

MUNICIPALES La candidate PS à la mairie de Paris a fait cette proposition au secteur privé du logement, qu'elle rencontrait ce jeudi...

Mathieu Gruel

— 

Anne Hidalgo, en mai 2013.
Anne Hidalgo, en mai 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Elle veut «créer un choc sur le logement à Paris». Mais Anne Hidalgo n'entend pas agir seule. Autour d'elle ce jeudi matin, la candidate socialiste aux prochaines municipales à Paris avait donc réuni l'ensemble des promoteurs et investisseurs du secteur privé du logement, ainsi que des élus de Paris et de la petite couronne.

Elle s'est ensuite exprimée devant la presse, pour détailler le pacte «logement pour tous» qu'elle a proposé à tous ces acteurs. Ce «document de travail», la candidate socialiste «aimerait le signer avec eux en mars», si elle est élue. Pour «répondre aux besoins des jeunes actifs, familles, classes moyennes» et permettre la création de 10.000 logements par an, ce pacte demande un effort «particulier sur les logements intermédiaires* pour les classes moyennes et les jeunes actifs».

Dans les quartiers où le taux de logements sociaux dépasse 30% (taux qu'elle se fixe d'ici 2030), la candidate envisage même l'obligation de réaliser 25% de logements intermédiaires pour les constructions dépassant 800m2.

Une agence pour remettre sur le marché des logements vacants

D’autres propositions ont été faites, comme l'expérimentation «de nouveaux montages en agissant sur les modes de construction et le foncier, afin de diminuer le coût de construction». Ou encore de «transformer 200.000 m² de bureaux en logements à Paris», de «favoriser de nouvelles formes d'habitats, comme les dispositifs logements-bureaux», ou d’initier de nouvelles opportunités foncières, en faisant notamment évoluer le plan local d’urbanisme (PLU), qui doit être révisé en 2014.

Encouragée par un «assentiment de la part des professionnels» et «une méthode qu'ils souhaitent poursuivre», Anne Hidalgo a également détaillé sa volonté de créer «une agence Multiloc associant le public et le privé».

Cette agence serait chargée de «remettre sur le marché des logements vacants (dont le nombre pourrait aller de 140.000 à 200.000 sur Paris, selon la candidate), à destination des classes moyennes et des jeunes actifs, tout en sécurisant la situation des propriétaires et les droits des locataires, et en proposant des formules favorisant la colocation, y compris intergénérationnelle».

Qualité de vie

Anne Hidalgo accélère donc sur le logement, alors que «la candidate UMP [Nathalie Kosciusko-Morizet] n’est pas capable de faire ce que nous avons fait», a estimé le maire du 13e Jérôme Coumet, qui avait remis un peu plus tôt un rapport visant à améliorer les rapports locatifs et «prendre des engagements sur la qualité de vie».

Car selon ce membre de l’équipe de campagne d’Anne Hidalgo, pour solutionner le problème du logement, «il faut parler avec nos voisins et donc faire le Grand Paris. Et la candidate UMP est contre le Grand Paris».

*Le logement intermédiaire s’adresse en priorité aux ménages dont les revenus dépassent les plafonds fixés pour les logements du parc social, mais qui ne peuvent pour autant se loger sur le marché privé.