Vincent Peillon: «On ne va pas reculer sur cette réforme»

EDUCATION Interrogé sur la réforme de l'école mise en place partout l'an prochain, le ministre a défendu une décision de «bon sens»...

A.D.

— 

Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, à Paris le 30 août 2013.
Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, à Paris le 30 août 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le ministre de l'Education Vincent Peillon est revenu sur TF1 sur sa réforme contestée, mettant en avant «l'intérêt des enfants». «On ne va pas reculer sur cette réforme», a affirmé le ministre.

«En France, nos enfants n'ont que 144 jours d'école par an et des journées surchargées», a rappelé Vincent Peillon pour qui cette réforme relève du «bon sens» car elle engendre «moins de fatique».

Interrogé sur les activités périscolaires, le ministre a estimé qu'il s'agissait d'«un accès à des activités» auxquelles certains enfants n'avaient pas accès.

Des aides qui perdureront

Quant au financement par les collectivités, Vincent Peillon a souligné que «les villes les plus pauvres sont passées cette rentrée» aux quatre jours et demi grâce aux fonds débloqués par l'Etat. Une enveloppe de 250 millions d'euros qui «n'ont pas été consommés», et devrait être remise sur la table dans les années qui viennent.

Ne niant pas l'éventualité d'«une mise en oeuvre compliquée», le ministre qui a affirmé qu'il ne reculerait pas sur la réforme a concédé qu'il faudrait peut-être «améliorer les choses» et promis: «on va aider les maires et faire en sorte qu'elle réussisse».