Roms: Valls dément avoir reconnu une «maladresse»

POLITIQUE C'est ce qu'a dit le ministre de l'Intérieur au Premier ministre, selon une source gouvernementale...

avec AFP

— 

Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault et Cécile Duflot, le 14 mai 2013 à Matignon.
Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault et Cécile Duflot, le 14 mai 2013 à Matignon. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Le démenti du repenti. Manuel Valls n'a pas parlé de «maladresse» à Jean-Marc Ayrault au sujet de ses propos sur les Roms, selon l'entourage du ministre de l'Intérieur, qui dément une source gouvernementale sur ce point et rapporte une autre version de ses déclarations. Au cours de ce tête-à-tête qui a eu lieu lundi, comme lors d'une réunion de la majorité qui s'est tenue plus tard ce jour-là, Manuel Valls a «regretté la teneur des débats, l'exploitation de ses propos et les attaques dont il a fait l'objet», selon son entourage.

Un peu plus tôt, une source gouvernementale avait assuré à l'AFP que Manuel Valls avait reconnu au Premier ministre «une maladresse».

Les propos de Manuel Valls niant mardi dernier la volonté d'intégration d'une majorité de Roms et estimant qu'ils avaient «vocation à retourner dans leur pays», avaient mis le feu aux poudres. Le ministre de l'Intérieur est allé «au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain», avait vitupéré la ministre du Logement, Cécile Duflot, appelant François Hollande à trancher.

François Hollande doit s'exprimer ce mercredi

François Hollande devrait s'exprimer ce mercredi en Conseil des ministres sur le différend qui oppose Cécile Duflot à Manuel Valls autour des Roms.

Mardi, Jean-Marc Ayrault a estimé à l'Assemblée nationale qu'il n'y avait «pas de raison d'exacerber» la question des Roms et considéré que «l'intégration est possible quand on respecte les lois de la République».