Rentrée et rythmes scolaires au menu d'une réunion autour de Hollande

© 2013 AFP

— 

Le ministre de l'Education Vincent Peillon (g) parle le 30 septembre 2013 à Wittenheim avec des personnes manifestant contre la réforme des rythmes scolaires
Le ministre de l'Education Vincent Peillon (g) parle le 30 septembre 2013 à Wittenheim avec des personnes manifestant contre la réforme des rythmes scolaires — Sébastien Bozon AFP

Une réunion sur la rentrée et la réforme controversée des rythmes scolaires est prévue mercredi dans la foulée du Conseil des ministres autour de François Hollande.

Annoncé par le site internet de L'Express qui évoquait une «réunion de crise», ce rendez-vous est présenté à l'Elysée comme une simple «réunion de travail, un peu plus de trois semaines après la rentrée» dont le principe a été décidé «il y a plusieurs jours».

Réunissant l'ensemble des «ministres concernés», à commencer par celui de l'Education nationale, Vincent Peillon, elle doit aborder l'ensemble des questions liées à la rentrée dont celle de la réforme des rythmes scolaires, précise-t-on de même source.

La mise en œuvre de cette réforme et son financement soulèvent encore de nombreuses interrogations parmi les communes ou les syndicats enseignants.

Le président de l'Association des maires de France (AMF), Jacques Pélissard (UMP), a ainsi demandé mardi à rencontrer le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour en discuter, souhaitant des «garanties précises sur deux sujets: le financement d'une charge nouvelle, 150 euros de plus par enfant, et l'encadrement».

Quant à l'UMP, elle a réclamé le report de la réforme en réponse à «la colère du peuple de France», M. Peillon l'accusant en retour de «jouer sur des peurs» à six mois des municipales.

François Hollande lui-même a fait l'éloge de la réforme des rythmes scolaires, assistant à la rentrée des classes dans une école de Denain (Nord), le 3 septembre.

Sur les 24.000 communes possédant au moins une école, environ 4.000 ont sauté le pas dès cette année: 1,3 million d'écoliers du public vont ainsi en classe le mercredi matin, renouant avec la semaine de 4,5 jours, supprimée par la droite en 2008. Les autres attendront la rentrée 2014.

Les journées de classe sont raccourcies en moyenne de 45 minutes reportées sur le mercredi matin (ou samedi par dérogation), libérant trois heures par semaine pour des activités péri éducatives.