Un réseau roumain de proxénétisme démantelé dans le Val-d’Oise

William Molinié

— 

Illustration: police, un policier.
Illustration: police, un policier. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

L’opération d’envergure a conduit la police à interpeller quinze individus ce lundi matin dans cinq hôtels du Val-d’Oise, a appris 20 Minutes de source policière. La sûreté départementale, sur commission rogatoire d’un juge d’instruction de Pontoise, a arrêté et placé en garde à vue à Argenteuil cinq proxénètes et dix prostituées d’origine roumaine, démantelant un réseau de prostitution qualifié de «hiérarchisé et structuré».

L’affaire remonte au mois de mars. Une information «anonyme» met les services de police d’Argenteuil sur la piste de filles d’origine roumaine qui s’adonneraient à la prostitution dans un hôtel d’Herblay. Après investigation, il s’avère que le racolage se fait par un site Internet d’annonces, vivastreet, et qu’il concerne divers hôtels en Ile-de-France, mais aussi dans la Marne, en Seine-Maritime et jusqu’en Espagne ou en Roumanie.

Chef du réseau

Des filatures, écoutes et autres moyens de surveillances permettent aux policiers de cibler un individu, âgé de 34 ans et prénommé Costin. Il est présenté comme le «chef du réseau». «Ce dernier avait sous sa coupe d’autres proxénètes qui faisaient travailler des filles et dont il prenait 50% des revenus», détaille à 20 Minutes une source policière.

Costin fait lui-même travailler une fille qu’il présente comme sa «compagne». L’enquête démontre qu’elle avait un rôle de surveillance des autres prostituées, âgées de 19 ans pour la plus jeune à 35 ans. Les policiers ont mis en évidence des liens entre la France et la Roumanie, «à travers des transferts de fonds avec, comme objectif, l’élargissement constant du réseau».

100 euros la demi-heure

Le proxénète principal doit être jugé en Italie pour des faits similaires en octobre. Les enquêteurs ont aussi saisi ce lundi matin des ordinateurs, des tablettes, 10.000 euros en liquide et deux grosses voitures.

Les gains s’élevaient entre 600 et 1.200 euros par jour et par prostituée. La passe étant tarifée de 100 euros la demi-heure à 150 euros par heure.