Affaire Fiona: Les zones d'ombre

JUSTICE «20 Minutes» fait le point sur l'enquête...

V. C. avec AFP

— 

Cécile Bourgeon, mère de la petite Fiona et son avocat, Gilles-Jean Portejoie, lançait, le 16 mai 2013, un appel pour que l'on retrouve sa fille.
Cécile Bourgeon, mère de la petite Fiona et son avocat, Gilles-Jean Portejoie, lançait, le 16 mai 2013, un appel pour que l'on retrouve sa fille. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

La découverte du corps de Fiona pourrait permettre de départager les versions de la mère et de son compagnon. Le point sur l'enquête et les questions qui se posent dans cette affaire.

Pourquoi la découverte du corps de Fiona est-elle capitale pour l'enquête?

Seule l'autopsie du corps de la fillette de 5 ans permettra de déterminer les circonstances de sa mort car les explications de sa mère, Cécile Bourgeon, et de son concubin Berkane Makhlouf divergent. La jeune femme accuse son compagnon d'avoir «porté un coup important» à Fiona provoquant un «hématome autour de l'oeil», le 11 mai, veille de l'annonce de sa disparition, lors d'une soirée bien arrosée. Dans la nuit, Fiona «a vomi à plusieurs reprises» et «a été découverte morte dans son lit au matin».

Berkane Makhlouf reconnaît que la fillette a reçu des coups, les jours précédent sa mort, mais il «nie farouchement» en être l'auteur, selon son ex-avocat, Me Xavier Capelet. Le concubin parle d'«accident domestique», la fillette se serait étouffée dans son vomi.

Où en sont les recherches?

Selon les déclarations du couple, Fiona a été enterrée, nue, en présence de sa petite soeur, «à la lisière d'une forêt» près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Des fouilles infructueuses ont eu lieu jeudi autour du lac d'Aydat, en présence de la mère. C'est elle qui conduisait, ce matin du 12 mai, son concubin n'ayant pas son permis.

>> «Affaire Fiona: Aucune n'est prévue ce week-end» est à lire par ici

Vendredi, en présence cette fois de Berkane Makhlouf, enquêteurs et brigade cynophile ont inspecté pendant près de deux heures les bois bordant le lac, ainsi que les hauteurs de La Cassière, un hameau d'Aydat. Toujours sans succès. Les souvenirs du couple restent «très vagues».

Pourquoi les enquêteurs ont-ils attendu quatre mois pour les interpeller?

Très rapidement, ils ont privilégié la piste familiale, après avoir écarté celle d'un «pervers». Avant l'annonce de la disparition, le couple avait fait des recherches sur Internet sur des disparitions d'enfants. Les écoutes téléphoniques du couple et de son entourage ont convaincu la police, qui a programmé leur interpellation «dès le mois de juin». Ils ont décidé d'attendre pour que Cécile Bourgeon puisse accoucher, fin août, de son troisième enfant.

Qui sont Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf?

Toxicomane notoire, Berkane Makhlouf, 32 ans, a déjà été condamné pour violences et usage de stupéfiants. Il est le père du fils nouveau-né de Cécile Bourgeon, alors que Fiona et sa sœur Eva, 3 ans, sont nées d'une précédente union avec Nicolas Chafoulais, partie civile au dossier.

Selon sa défense, Cécile Bourgeon, 25 ans, également toxicomane, était sous l'emprise de son nouveau compagnon et aurait subi des violences. Selon son avocat, elle était «couverte de bleus», d'après des constatations médicales en garde à vue.

Comment le couple a-t-il monté son scénario du mensonge?

Cécile Bourgeon avait affirmé que Fiona avait disparu l'après-midi du 12 mai dans un parc de Clermont-Ferrand, où elle jouait avec sa petite soeur, alors qu'elle-même s'était «assoupie un bref instant». Paniquée, selon des témoins, elle avait recherché la fillette avant d'alerter la police. C'est une mère éplorée, tout à tour «abattue» ou «combative» qui avait exprimé devant la France entière sa «douleur» et son «espoir de retrouver Fiona», suscitant une très forte mobilisation.

>> Le comité de soutien écœuré est à retrouver par là

Qu'encourent-ils ?

Cécile Bourgeon est mise en examen pour «non assistance à personne en danger», «recel de cadavre», «dénonciation mensongère d'un crime» et «modification d'une scène de crime», des délits passibles de cinq ans de prison.

Son compagnon est poursuivi pour «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner», sur mineure de moins de quinze ans et par personne ayant autorité, un crime puni de trente ans de réclusion. A moins que la découverte et l'autopsie du corps ne bouleverse le scénario.