Guéant dit avoir donné à la justice le nom de l'acquéreur de ses tableaux

JUSTICE D'après l'hebdomadaire le Point, Claude Guéant aurait menti sur l'identité de l'acquéreur de ses deux tableaux flamands...

avec AFP

— 

Claude Guéant, le 10 avril 2013.
Claude Guéant, le 10 avril 2013. — ANTONIOL ANTOINE/SIPA

Claude Guéant a «fourni à la justice» le nom de l'acquéreur de ses tableaux flamands et il ne s'agit pas d'un avocat de Djibouti comme l'affirme Le Point à paraître ce  jeudi, a assuré mercredi l'avocat de l'ancien ministre de l'Intérieur.

«Claude Guéant dément catégoriquement les informations publiées sur le site du Point.fr. Il a fourni à la justice les pièces concernant l'identité de l'acheteur des tableaux évoqués. Il n'a jamais eu de contact avec quelque avocat de Djibouti que ce soit», a affirmé à l'AFP son avocat, Me Jean-Yves Dupeux, dans une brève déclaration.

Claude Guéant maintient sa version

Lors d'une perquisition menée en février au bureau et au domicile de Claude Guéant dans le cadre de l'enquête sur un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, avait été trouvée la trace d'un virement de 500.000 euros au profit de l'ex-ministre.

Claude Guéant le justifie par la vente à un avocat malaisien de deux tableaux d'un peintre flamand du XVIIème siècle, Andries van Eertvelt. Mais selon Le Point, «l'enquête a permis d'établir que le paiement émane en fait d'un avocat djiboutien», «représentant les intérêts malaisiens dans son pays».