Converti à l’islam, Romain menait le djihad sur la Toile

William Molinié

— 

Capture d'écran du site Ansar al Haqq le 19 septembre 2013.
Capture d'écran du site Ansar al Haqq le 19 septembre 2013. — DR

Romain était plus connu sur la Toile sous le pseudonyme d’Abou Siyad al-Normandy. Proclamé «Emir» et administrateur du site francophone Ansar al-Haqq, un site de référence chez les sympathisants d’un islamisme radical, il rassemblait plus de 4.000 membres dont 685 actifs.

Arrêté mardi à son domicile de Normandie par la DCRI, Romain, 26 ans, «a expliqué s’être converti à l’islam à l’âge de vingt ans et a reconnu son implication, d’une part en qualité d’administrateur du site djihadiste», apprend-on ce jeudi dans un communiqué du procureur de la République de Paris.

Il a aussi eu surtout un «rôle actif» dans la traduction en langue française et la «diffusion du 10e et 11e opus de la revue Inspire, revue de propagande anglophone relayant des écrits de cadres d’AQPA tout à la fois apologétiques, incitatifs et opérationnels»

Emergence d’une «communauté djihadiste virtuelle»

L’article 4 de la loi du 21 décembre 2012 relative à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme permet à la justice de poursuivre les individus qui font le djihad sur la Toile. «Il s’agit de la première application de cette nouvelle disposition», indique le procureur.

A l’issue de sa garde à vue, Romain a été présenté à la justice. Une information judiciaire a été ouverte pour «des chefs d’apologie d’actes de terrorisme et provocation à la commission d’actes de terrorisme» par le parquet de Paris qui a requis son placement en détention provisoire. Il doit être présenté à un juge en vue de sa mise en examen.

«L’émergence d’une communauté djihadiste virtuelle, qui attire un public de plus en plus large et de plus en jeune, vecteur de propagande, de radicalisation et de recrutement, à l’origine du basculement d’individus isolés dans le terrorisme, est au cœur des préoccupations en matière de lutte contre le terrorisme.

Le site internet Ansar al-Haqq restait ce jeudi après-midi libre de toute consultation.