Bientôt des tests de grossesse en vente en dehors des pharmacies?

CONSOMMATION Benoît Hamon s'est déclaré favorable à la vente de tests de grossesse dans d'autres circuits de distribution...

avec AFP

— 

Un test de grossesse.
Un test de grossesse. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Le gouvernement va émettre un «avis favorable» sur un amendement, présenté dans le cadre du projet de loi Consommation, visant à étendre la vente des tests de grossesse et d'ovulation hors des pharmacies, a annoncé mardi Benoît Hamon. «On pourrait faire baisser considérablement les tarifs» de ces tests, s'ils étaient vendus hors des pharmacies, a estimé le ministre chargé de la Consommation lors d'une interview sur RMC.

«Nous voulons agir dans tous les domaines où nous considérons qu'il existe une forme de rente économique» qui maintient la «clientèle captive», a expliqué Benoît Hamon. «Il faut mettre de la fluidité dans tout ça», a-t-il estimé. Benoît Hamon a toutefois précisé qu'il n'était pas pour autant question de remettre en cause le monopole de la vente de l'ensemble des autres médicaments par des officines spécialisées, rappelant l'importance du conseil prodigué par les pharmaciens.

Toutefois, il n'a pas exclu que d'autres produits, comme par exemple «les nettoyants pour lentilles», puissent eux aussi être commercialisés dans d'autres circuits de distribution.