Jérôme Kerviel réclame une commission d'enquête parlementaire

EXCLUSIF L'ancien trader a adressé, lundi, un courrier aux membres du gouvernement et aux parlementaires...

Vincent Vantighem

— 

Jérôme Kerviel a rédigé un courrier à destination des membres du gouvernement et des parlementaires afin de réclamer une commission d'enquête indépendante sur l'affaire, le 9 septembre 2013 dans le bureau de son avocat Me Koubbi,à Paris.
Jérôme Kerviel a rédigé un courrier à destination des membres du gouvernement et des parlementaires afin de réclamer une commission d'enquête indépendante sur l'affaire, le 9 septembre 2013 dans le bureau de son avocat Me Koubbi,à Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

«Je suis Jérôme Kerviel. J’ai 36 ans. J’ai été condamné par la Société générale à trois ans de prison et à quatre milliards neuf cent quinze millions six cent dix mille cent cinquante quatre euros (4.915.610.154 euros).» Voilà en quels termes l’ancien trader de la Société générale a décidé de s’adresser aux membres du gouvernement et aux parlementaires. Les lettres ont été postées lundi après-midi. Selon nos informations, la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, et le ministre des Finances, Pierre Moscovici, ont eu droit à des courriers spécifiques, eu égard à la spécificité de leurs fonctions. Quant à François Hollande, c’est carrément une «demande d’audience» qu’il a reçu de la part du trentenaire originaire de Pont-l’Abbé (Finistère).

Mais à tous, c’est le même message que martèle Jérôme Kerviel. «Je suis condamné à la mort sociale sur les seules déclarations de la banque jamais vérifiées par la justice.» Clamant son innocence, l’ancien trader réclame ainsi aux élus la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire afin de faire la lumière sur les «prétendues pertes» que la banque aurait subies à cause de lui.

>> Vidéo: Jérôme Kerviel lit sa lettre aux parlementaires et membres du gouvernement

Les pertes de la Société générale n’ont «jamais été vérifiées»

Ce n’est pas la première fois que Jérôme Kerviel réclame une telle expertise. Lors de l’instruction puis lors des deux procès dans lesquels il a été condamné à trois ans de prison et 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts, le trentenaire avait formulé les mêmes demandes. Sans succès, il avait de nouveau soulevé cette question, le 4 juillet 2013, devant le conseil des prud’hommes de Paris, où il contestait son licenciement.

«Cette affaire a éclaté il y a un peu plus de cinq ans quand la Société générale a annoncé avoir subi une perte de cinq milliards d’euros. Depuis, cette affirmation n’a jamais été vérifiée ni par les instances judiciaires ni par qui que ce soit d’autre», déplore le trentenaire dans l’interview qu’il a accordée à 20 Minutes, lundi matin.

Interrogé sur l’opportunité d’une telle requête en juillet, François Martineau, l’un des avocats de la Société générale, balayait la demande d’un revers de main. «Toutes les expertises ont déjà été faites dans cette affaire. Il y a déjà eu deux procès et l’avocat de M. Kerviel formule toujours les mêmes demandes. Ce n’est pas sérieux.»

>> A lire: L'intégralité de la lettre de Jérôme Kerviel

 

La lettre de Jérôme Kerviel aux parlementaires (pdf) publié par P_Koetschet

 

Mélenchon, Autain, premiers soutiens politiques

En réalité, il y a deux éléments qui ont poussé Jérôme Kerviel à saisir la représentation nationale. D’abord, il y a sa situation personnelle. Qualifiant lui-même son existence de «vie de merde», il n’a aujourd’hui «ni emploi, ni revenu, ni Sécurité sociale, ni logement», liste-t-il dans le courrier. «Cela devient de plus en plus dur (…) Cela fait bientôt six ans que je suis enfermé dans le couloir de la mort sociale!» confie-t-il.

Surtout, Jérôme Kerviel a reçu, en juillet, ses premiers soutiens politiques. Clémentine Autain (PCF), Julien Bayou (EELV) et surtout Jean-Luc Mélenchon (PG) ont pris fait et cause pour l’ancien trader. D’autres élus se seraient manifestés durant l’été. «En privé, ces gens me disent avoir compris que j’étais victime d’une arnaque. Mais en même temps, personne ne bouge…» Avec cette lettre, Jérôme Kerviel espère que cela change.