«Le Monde» dénonce une nouvelle affaire de fadettes

O.G.

— 

Capture d'écran du site lemonde.fr.
Capture d'écran du site lemonde.fr. — 20 Minutes

Selon le site du quotidien du soir, la police a eu accès et étudié les factures téléphoniques, dites les fadettes, de deux journalistes du Monde. Selon ces informations, les agents ont enregistré toutes les conversations, professionnelles comme personnelles, d’un des deux reporters pendant un mois. Et cette écoute s’est déroulée trois ans après la parution de l’article en question.

Ce n'est que début juillet 2013 que les avocats du quotidien ont découvert l'affaire, lorsqu'il leur a été permis pour la première fois de consulter le dossier. Le journal dénonce cette pratique qui viole le secret des sources. Il va déposer dans le courant de la semaine une requête en nullité de la procédure devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, avant de pouvoir porter plainte.

A l’origine, un article sur le «gang des barbares»

C’est en 2006 que la procédure a été déclenchée, à la suite de la parution d’un long article concernant le «gang des barbares», intitulé «Meurtre d'Ilan Halimi: le récit des geôliers». Le papier, qui révélait le calvaire de ce jeune homme juif torturé à Bagneux pendant trois semaines à partir des témoignages de ses bourreaux, s’appuyait sur les auditions devant les policiers de la brigade criminelle.

Le 10 avril 2006, le bras droit de Youssouf Fofana porte plainte avec constitution de partie civile pour violation du secret de l’enquête. Une juge lance une commission rogatoire pour «procéder à toutes auditions, perquisitions, réquisitions et saisies utiles».

490 conversations enregistrées

Le commandant de l'IGS envoie alors une réquisition au directeur de France Télécom pour obtenir la liste des appels – les fadettes – des téléphones fixe et portable des deux journalistes entre le 15 février et le 25 mars 2006. Mais en février 2009, la juge qui souhaite boucler cette affaire remet sur écoutes l’un des deux journalistes, Gérard Davet. Un policier a donc enregistré les 490 conversations du journaliste, qui travaillait sur d’autres affaires sensibles, pendant un mois.

Le Monde fait face à plusieurs affaires de fadettes, notamment dans l’enquête sur l’affaire Bettencourt.