La Rochelle: Un doctorant privé de son contrat d’enseignement après avoir réagi violemment à des attaques racistes

SOCIETE L'affaire remonte au 14 novembre dernier, rapporte lundi le quotidien «Sud Ouest»...

C.P.

— 

La place de l'hôtel de ville de la Rochelle.
La place de l'hôtel de ville de la Rochelle. — COLLET GUILLAUME/SIPA

Victime de racisme, Alioune Gueye aurait-il subi une double peine? C’est ce que prétend cet enseignant chercheur sénégalais qui préparait sa thèse et assurait des travaux dirigés (TD) à la faculté de droit public de La Rochelle.

Colère

«Il a reçu, le 14 novembre dernier, un mail d’un étudiant vexé de s’être vu refuser la correction d’une copie de plus de 4 pages, limite imposée par le professeur responsable du cours. ‘Je doute fort qu’un Africain puisse faire de tels corrigés’, écrit au passage l’étudiant de 22 ans dans un texte particulièrement long et agressif», rapporte Sud Ouest dans son édition de lundi.

Le jeune homme aurait «aussitôt transféré ce mail à sa hiérarchie» et répondu à l’étudiant avant de recevoir deux jours plus tard de nouveaux messages racistes. Mais la réaction du doyen de la fac na pas été celle qu’il attendait: on lui a reproché la teneur de sa réponse qui contenait des intimidations  Interrogé par Sud Ouest, l’intéressé reconnait  avoir écrit sous le coup de la colère: «Ce problème nous le réglerons quand vous voudrez en dehors de la fac (vous et moi quand nous nous retrouverons seuls dans un endroit).»

Au final, l’étudiant injurieux a été changé de TD, sans aucune sanction. Interviewé par Sud Ouest, le président de l’université  explique que la procédure contre lui a été stoppée « pour protéger M. Gueye. Si nous traduisions l’étudiant devant un conseil de discipline, M. Gueye aurait aussi été sanctionné pour ses menaces. L’étudiant nous menaçait d’aller au pénal. Nous avons préféré régler les choses à l’amiable. »

Contrat non renouvelé

Mais les choses ne se sont pas arrêtées-là: «Mes relations avec mes collègues se sont brusquement détériorées», raconte le doctorant qui doit soutenir sa thèse en avril 2014. «Puis un mail lapidaire m’a informé que mon contrat d’ATER n’était pas renouvelé.» Plus grave encore: sur les 30 dossiers de candidature envoyés à des universités françaises, 28 ont déjà été refusés, explique le jeune homme qui a écrit au ministère de la Recherche pour l’alerter sur sa situation.

L’université, elle nie tout lien entre l’affaire et cette décision: elle assure avoir simplement privilégier des «doctorants rochelais» alors qu’ Alioune Gueye venait de Toulouse. Mais cette nouvelle publicité tombe mal, quatre mois après l’émoi suscité par une pièce de théâtre jouée par des étudiants et jugée antisémite.