Education: La laïcité est-elle vraiment menacée?

Delphine Bancaud

— 

Illustration d'un lycée parisien.
Illustration d'un lycée parisien. — S.ORTOLA/20MINUTES

Quinze articles pour rappeler le caractère laïc des enseignements, l’obligation de neutralité des professeurs, l’interdiction du port de signes religieux… Voilà en substance l’objet de la charte de la laïcité à l'école, que Vincent Peillon dévoile lundi et qui sera bientôt affichée dans tous les établissements publics.

Un texte qui va permettre de «devancer les crispations sur le terrain», explique-t-on au ministère. «Car si les assauts contre la laïcité n’augmentent pas ces dernières années et restent peu fréquents, ils existent quand même», observe Franck Lourairo Secrétaire national du Sgen-CFDT. D’autant que certains établissements «sont aujourd'hui fortement communautarisés, voire ethnicisés», renchérit Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN (principal syndicat des chefs d'établissement).

Certains cours contestés

En tête des problèmes qui se posent sur le terrain: le port de signes religieux ostentatoires. «Et dans certains établissements des jeunes filles tentent aussi de contourner les obligations de la loi de 2004 sur le sujet, en portant des bandanas ou des robes longues», constate Céline Rigo, secrétaire nationale en charge des questions de société au Se-Unsa. D’autres incidents surviennent aussi lorsque le contenu de certains enseignements est contesté par des élèves. «C’est parfois le cas lorsqu’on évoque la Shoah, la théorie de l’évolution, la reproduction, la guerre d’Algérie ou le conflit au Proche-Orient. Certains élèves refusent de regarder les faits objectivement et d’autres ne veulent même pas qu’ils soient abordés», souligne Franck Lourairo.

Des incidents qui ne concernent pas seulement «certains élèves musulmans, insiste-t-il, mais aussi ceux d’autres confessions, comme on a pu le constater par exemple, lors du débat sur le mariage pour tous». Enfin, les cours d’éducation physique peuvent parfois poser problème, lorsque des élèves refusent qu’ils soient mixtes.

Des situations qui se règlent le plus souvent dans le dialogue, «car seule une dizaine d’élèves sont exclus chaque année pour non respect des principes de laïcité», indique Franck Lourairo. Un dialogue qui sera encore renforcé grâce à la charte, espère Vincent Peillon.

>> La laïcité est-elle malmenée dans votre collège ou lycée, dans l'école de votre enfant? Vous ne comprenez pas quel impact peut avoir une simple charte? 

Réagissez et témoignez dans les commentaires ci-dessous ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr