Insertion professionnelle des jeunes: «Distribuer des CV à tout va, ça peut marcher»

TÉMOIGNAGES es jeunes de moins de 25 ans nous expliquent comment ils ont réussi à trouver un travail au second trimestre 2013...

Cédric Garrofé

— 

Un bureau de Pôle emploi à Bordeaux.
Un bureau de Pôle emploi à Bordeaux. — SEBASTIEN ORTOLA/20 MINUTES

 Le chômage des jeunes a baissé de 0,3 point (24,6%) au deuxième trimestre en métropole, selon les chiffres de l’Insee publiés jeudi. Un paradoxe, alors que le taux de chômage atteint 10,5% (+0,1 point), un record depuis quinze ans.

Plusieurs d’entre eux reviennent pour 20 Minutes sur leurs aventures, qui leur aura permis de décrocher un précieux contrat…

«Mon premier vrai travail»

Recrutée en juin pour un CDD de 6 mois comme «ouvrière minutieuse», Tiffany, 20 ans, a longtemps galéré pour décrocher son premier «vrai travail». «Un bac pro "Métiers de la mode" en poche, j’ai postulé auprès de nombreuses entreprises et agences d’intérim. Je n'ai jamais eu de réponse.»

Un jour, une conseillère de Pôle emploi remarque son profil. «Elle a détecté que j’avais des prédispositions pour les travaux minutieux. Elle connaissait bien le secteur, et a transmis mon CV. J'ai été embauchée pour un CDD de 6 mois.»

La jeune femme le sait bien, il est aujourd’hui très difficile pour un jeune de trouver un travail. Elle a son explication. «Les entreprises ont peur de nous faire confiance. C’est dommage, même si c’est vrai que nous aussi, nous avons notre rôle à jouer pour les convaincre.»

«Distribuer des CV à tout va, ça peut marcher»

Méga-précaire, Aurélien était dans l’obligation de décrocher un job pour continuer ses études. «J’ai déposé près de 50 CV, sans succès. Faire concorder mon emploi du temps d’étudiant avec un travail, c’était difficile. Les employeurs aiment la disponibilité.»

Alors que l’étudiant s’apprête à troquer ses études et ses rêves pour un job à plein temps, il reçoit un petit coup de fil magique. Au bout, une entreprise lui annonçant que son profil avait été finalement retenu. «Ce fut inespéré! On peut dire que distribuer des CV à tout va cela ne marche pas, je crois être la preuve vivante que parfois, c’est efficace!»

«Nous sommes encouragés à faire de longues études»

Florence, diplômée en école de commerce, n’a eu besoin que d’un seul mois pour décrocher, en mai un CDI comme chargée d’études. «J’ai passé 2 ans et demi dans une entreprise concurrente avant. L’expérience a clairement été ce qui m’a permis de trouver un travail rapidement».

La jeune femme souligne d’ailleurs les effets positifs de l’alternance. «Toutes mes connaissances qui ont opté pour ce type de contrat sont en poste aujourd’hui. Du travail il y en a, mais pour en trouver, il faut du réseau et de l’expérience.»

Romain, diplômé ingénieur en septembre 2012, ajoute: «J'ai été contacté par une société de prestation qui avait entendu parler de moi par des anciens collègues d’un poste précédent. Recruté rapidement en CDI, je travaille maintenant dans l'aéronautique, à un poste qui me plaît beaucoup, où je me sens utile et pour lequel je suis bien rémunéré.»

Pierre-Alexandre conseille aux jeunes de bien réfléchir avant de s'engager dans les études. «Dans mon entourage, je constate que des filières diverses et variées permettent de trouver un emploi sans aucune difficulté. Être plombier aujourd’hui, par exemple, c’est l’assurance d’avoir du travail. Le constat est flagrant.»

Cloé, elle, ne peut que faire un constat cruel. «Nous avons toutes les peines à trouver du travail à la hauteur de nos compétences. Nous sommes encouragés depuis toujours à faire de longues études dans de grandes écoles, où l’on nous vante notre future employabilité. Alors que finalement, il n'en est rien… »