La scientologie invoque la liberté religieuse devant la Cour de cassation

avec AFP

— 

Les deux principales structures de la Scientologie française - le Celebrity Centre et sa librairie SEL - condamnées en 2009 à de lourdes amendes, et cinq scientologues, dont le "dirigeant de fait" du mouvement parisien, Alain Rosenberg, doivent normalement être rejugés jusqu'au 1er décembre.
Les deux principales structures de la Scientologie française - le Celebrity Centre et sa librairie SEL - condamnées en 2009 à de lourdes amendes, et cinq scientologues, dont le "dirigeant de fait" du mouvement parisien, Alain Rosenberg, doivent normalement être rejugés jusqu'au 1er décembre. — Pierre Verdy afp.com

L'Eglise de scientologie a vigoureusement contesté mercredi devant la Cour de cassation la condamnation de ses deux principales structures françaises pour «escroquerie en bande organisée», en invoquant une «violation de la liberté religieuse».

Devant la chambre criminelle, les avocats de la scientologie, classée en France parmi les sectes par plusieurs rapports parlementaires mais considérée comme une religion aux Etats-Unis et dans quelques pays européens, ont soulevé de nombreux moyens pour tenter de faire annuler l'arrêt de la cour d'appel de Paris du 2 février 2012.

«Une religion, c'est une secte qui a réussi»

Cette décision a confirmé la condamnation des deux structures parisiennes de la scientologie, le Celebrity Centre et sa librairie SEL, à des amendes de respectivement 200.000 et 400.000 euros. Reprochant aux prévenus d'avoir profité de la vulnérabilité d'anciens adeptes pour leur soutirer de fortes sommes d'argent, la justice avait condamné cinq scientologues.

Parmi eux, Alain Rosenberg, «dirigeant de fait» de la scientologie parisienne, et Sabine Jacquart, une ex-présidente du Celebrity Center, condamnés à deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour escroquerie en bande organisée. «Il est rare qu'une Eglise soit qualifiée de bande organisée et soit condamnée au titre que le message qu'elle diffuse soit une escroquerie», a plaidé devant la Cour de cassation leur avocat, Me Louis Boré.

Pour lui, la décision de la cour d'appel «choisit entre les bonnes et les mauvaises religions», et il ne lui appartient pas de se «transformer en tribunal de l'inquisition» qui viendrait différencier les «vrais croyants» des «faux dévots». «On essaie de disqualifier l'Eglise de scientologie», a-t-il poursuivi, «une religion, c'est une secte qui a réussi».

«Des citoyens devenus leurs paroissiens captifs»

Comparaison avec l'islam, le judaïsme ou le christianisme à l'appui, jouant parfois de traits d'humour, l'avocat a par exemple soutenu que l'électromètre, instrument onéreux censé mesurer «les changements dans le mental de l'individu ou dans son état d'esprit», ne serait «pas plus étrange qu'un chapelet ou une kippa».

Les poursuites et la condamnation se sont fondées «uniquement sur des infractions à la loi pénale», a insisté l'avocat général, qui a préconisé le rejet des pourvois, hormis sur un point mineur, l'allocation de dommages et intérêts à une partie civile qui s'était désistée. Pour le magistrat, il s'agit de défendre contre des «escrocs en bande organisée», des «citoyens devenus leurs paroissiens captifs dont ils ponctionnent sans vergogne la fortune par tous les moyens». La Cour de cassation rendra sa décision le 16 octobre.