G20: nombreux tête-à-tête pour Hollande, qui rencontrera Obama vendredi

© 2013 AFP

— 

Les présidents français et américain lancent un appel commun à un accord ambitieux sur le climat, dans une tribune publiée lundi par Le Monde et le Washington Post, où ils présentent leur partenariat comme un "modèle".
Les présidents français et américain lancent un appel commun à un accord ambitieux sur le climat, dans une tribune publiée lundi par Le Monde et le Washington Post, où ils présentent leur partenariat comme un "modèle". — Jewel Samad AFP

François Hollande, qui entend tirer profit du G20 de Saint-Pétersbourg (Russie) pour élargir la coalition internationale contre le régime de Damas, y rencontrera en tête-à-tête vendredi le président américain Barack Obama, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Le chef de l'Etat français aura dès jeudi d'autres «bilatérales» avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, favorable à une intervention de grande ampleur en Syrie, et le président chinois, Xi Jinping, dont le pays oppose un veto inflexible depuis deux ans au Conseil de sécurité de l'ONU à toute action militaire contre le régime de Damas.

Outre la rencontre bilatérale avec le président américain, qui a fait de la France son allié le plus proche après la défection britannique, François Hollande s'entretiendra vendredi avec le Premier ministre indien Manmohan Singh, dont le pays attend le rapport des inspecteurs de l'ONU sur l'attaque chimique meurtrière du 21 mars dans la banlieue de Damas pour se prononcer.

Lors d'une conférence de presse mardi à l'Elysée, le président Hollande avait souhaité la formation d'une «large coalition» internationale «avec les Etats-Unis, qui vont bientôt prendre la décision, avec l'Europe (...), avec les pays arabes, qui se sont déjà prononcés».

Estimant que «tout doit être fait» parallèlement «pour rechercher obstinément une solution politique», il avait estimé que le G20 de Saint-Pétersbourg serait «l'occasion (...) d'avoir ces discussions».