Cambriolages et vols à la tire toujours en hausse en France

© 2013 AFP

— 

Les cambriolages et les vols à la tire continuent d'augmenter en France, selon le dernier bilan mensuel de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendu public vendredi.
Les cambriolages et les vols à la tire continuent d'augmenter en France, selon le dernier bilan mensuel de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendu public vendredi. — AFP

Les cambriolages et les vols à la tire continuent d'augmenter en France, selon le dernier bilan mensuel de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) rendu public vendredi.

Sa fiabilité est toujours incertaine, l'ONDRP multipliant depuis quelques mois les mises en garde sur les chiffres que lui communiquent les forces de l'ordre, leur contenu étant «fortement impacté» par le déploiement de nouveaux outils d'enregistrement, notamment dans les zones dépendant de la gendarmerie.

L'observatoire sépare, comme les mois précédents, les chiffres de la police de ceux de la gendarmerie qui révèlent de fortes distorsions au cours de la période habituelle de comparaison de la délinquance, les 12 derniers mois.

Ainsi, de août 2012 à juillet 2013, les cambriolages, point noir de la délinquance ces derniers mois, enregistrent toujours une progression de 11,3 % en zone gendarmerie et de 8,1 % en zone police.

Les vols à la tire sont également à la hausse de plus de 13 % en zone police, tout comme les vols à main armée (2,5 % en zone police et près de 6 % en zone gendarmerie), ce qui n'était pas le cas l'année dernière pendant la même période.

Les violences aux personnes restent toujours très stables en zone police (+ 0,1 %) et augmentent plus fortement en zone gendarmerie (12,9 %).

Le ministère de l'Intérieur a souvent fait valoir, ces derniers mois, que l'ONDRP lui-même a «constaté des anomalies et des ruptures statistiques à la hausse dans la comparaison avec les statistiques de l'année précédente», toute «comparaison» étant ainsi «faussée».

L’Intérieur a promis début 2013 la «transparence» des chiffres et promis «modernisation de l'outil statistique» pour 2014 «au plus tard» incorporant de nouveaux indicateurs et agrégats afin de le rendre «plus qualitatif» ce qu'avait aussi dit le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en juin.