Les femmes au foyer de moins en moins nombreuses

Mathieu Bruckmüller
— 
La France compte moins de 14% de femmes au foyer, selon une étude de l'Insee portant sur les femmes actives, de 20 à 59 ans.
La France compte moins de 14% de femmes au foyer, selon une étude de l'Insee portant sur les femmes actives, de 20 à 59 ans. — CAIAIMAGES/REX FEATURES/AP/SIPA

Les «femmes au foyer» sont en perte de vitesse. Selon une étude de l’Insee publiée ce vendredi, en 2011, sur les 15 millions de femmes âgées de 20 à 59 ans, elles n’étaient plus que 2,1 millions soit 14% du total. C’est 10 points de moins en vingt ans où elles étaient 3,5 millions.

Des femmes de plus en plus actives

Première explication, la progression de l’activité féminine qui atteint 82% contre 73% en 1991. La seconde, c’est la diminution des femmes qui vivent en couple. Leur part est passée de 77% pour les femmes âgées de 20 à 59 ans à 70% en 2011.

«Les comportements d’activité étant liés au niveau de formation, les femmes au foyer sont, en moyenne, moins diplômées que les femmes actives», souligne l’Insee. Ce qui ne les a pas empêchées pour 79% d’entre elles d’avoir connu une expérience professionnelle par le passé contre 71% en 1991. Mais si en 1991, 59% des femmes au foyer avaient cessé leur activité professionnelle pour des raisons personnelles notamment à l’arrivée d’un enfant, elles n’étaient plus que 21% en 2011. Raison majoritaire désormais: la fin d’un CDD dans 35% des cas contre 10% en 1991 ou d’un CDI (11% contre 4% en 1991).

Précarisation du marché du travail

Signe de la précarisation du marché du travail, en vingt ans, les femmes au foyer ont désormais le plus souvent occupé des contrats courts «qui se soldent plus fréquemment qu’avant par un passage à l’inactivité, éventuellement précédé d’une période de chômage. Certaines femmes peuvent se décourager: ne recherchant plus véritablement d’emploi, elles deviennent alors inactives», note Zohor Djider, de la division Etudes sociales de l’Insee.

En 2011 comme en 1991, 20% des femmes au foyer n’ont jamais travaillé par le passé. Il s’agit surtout de mères de famille nombreuse, moins diplômées et souvent immigrés.